Si on emploie couramment le mot pédagogie, on entend plus rarement les mots andragogie et heutagogie. Une chose est sûre, ces trois mots ont un lien et traversent les âges. En effet, ils désignent tous la façon dont l’apprentissage s’adapte à l’âge de l’apprenant. On se penche un peu plus en détail sur ces méthodes d’enseignement, entre objectif commun et différences.

Apprendre et enseigner

La pédagogie

Au cours de l’Histoire, on a considéré la pédagogie comme un art, puis comme une science. On la qualifie aussi de « théorie pratique » car elle combine une réflexion sur l’enseignement et l’apprentissage et une action des éducateurs. Le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL) définit la pédagogie comme suit :

Instruction, éducation des enfants, de la jeunesse.

C’est la science de l’éducation des enfants et adolescents. La pédagogie constitue notamment une partie conséquente du travail de l’enseignant auprès de ses élèves. Ce sont les méthodes, les techniques qu’il met en œuvre pour instruire sa classe. L’enseignant encadre et, basiquement, détient le savoir, qu’il transmet à ses élèves.

Des articles pour explorer la pédagogie

>> S’organiser et apprendre grâce au mind-mapping
>> Qu’est-ce que la différenciation pédagogique ?
>> Classe flexible et inclusive : la coopération
>> Grammaire, pédagogie Montessori et élèves à besoins particuliers

Des enfants grimacent dans une salle de classe

L’andragogie

D’où ça vient ?

Le terme andragogie a longuement été utilisé par Malcolm Shepherd Knowles dans ses travaux. Il s’agit de la science de l’éducation des adultes. Il faut remonter en 1883 pour vraisemblablement trouver l’une des premières occurrences à l’andragogie par Alexander Kapp, un éducateur allemand.

Qu’est-ce que c’est ?

C’est l’apprentissage chez l’adulte. L’andragogie prend en compte les particularités propres à la formation des adultes, qui ont des besoins différents des enfants et adolescents, et leurs antécédents – c’est-à-dire leur expérience propre.

Dans les années 80, Malcolm Shepherd Knowles expose, selon lui, les caractéristiques des apprenants adultes. On y retrouve notamment la perfection du concept de soi (on devient un être humain autodirigé) et l’expérience accumulée. Aussi, la motivation chez l’apprenant adulte est plus généralement interne (satisfaction personnelle, qualité de vie, compétences professionnelles…). Ce sont des exemples des grandes tendances généralistes dégagées par Knowles.

Il établit également 4 principes dans l’application de l’andragogie1 :

  • L’implication des apprenants dans la planification et l’évaluation de leur enseignement,
  • L’expérience – y compris l’erreur – forme une base dans les activités d’apprentissage,
  • Les apprenants adultes sont plus intéressés par l’apprentissage de sujets ayant un impact immédiat sur leur travail ou leur vie personnelle,
  • L’apprentissage est centré sur les problèmes, le processus plutôt que sur le contenu enseigné. On privilégie donc des études de cas, des simulations… On pense pratique !

Pour Knowles, les adultes sont autodirigés et s’attendent à assumer la responsabilité de leurs décisions. Ils recherchent du sens et un intérêt. Ainsi, l’enseignement doit tenir compte de ces aspects dans sa pratique. Les formateurs adoptent ici un rôle de facilitateur.

Une femme fait une présentation

L’heutagogie

Sans doute le mot qui semble le moins évident à comprendre au premier abord. En effet, si la pédagogie se destine à la jeunesse et l’andragogie aux adultes, à qui s’adresse et en quoi consiste l’heutagogie ?

D’où ça vient ?

Tout d’abord, petit point historique. L’heutagogie est un concept pensé par Stewart Hase, psychologue consultant, et Chris Kenyon, consultant2. Ce n’est pas un concept nouveau puisqu’il a été établi au début des années 2000 en Australie.

Qu’est-ce que c’est ?

L’heutagogie, c’est donc l’apprentissage autodirigé ou autodéterminé.

Ce n’est pas un parcours d’apprentissage linéaire. L’apprenant est au cœur de son propre apprentissage et en est le déclencheur. C’est d’ailleurs un des principes clés de cette méthode d’enseignement.

The power to learn is firmly in the hands of the learner and not the teacher.

Hase et Kenyon

Traduction littérale : « Le pouvoir d’apprendre est fermement entre les mains de l’apprenant et non de l’enseignant. » On met donc l’accent sur l’autonomie.

Dans ce cadre, les personnes sont encouragées à prendre la responsabilité de la conception et du parcours de l’apprentissage. Les instructeurs doivent, quant à eux, prodiguer un environnement de soutien et encourager l’action et l’expérience de l’apprenant.

Dans l’heutagogie, on aborde également des notions d’apprentissage en simple boucle et en double boucle. C’est un concept présenté par Eberle et Childress en 20053. Qu’est-ce c’est ? En simple boucle : l’apprenant réfléchit à ce qu’il a appris (problème, action et résultat). En double boucle : il réfléchit aussi à la manière dont il l’a appris et comment cette connaissance influe sur son système de valeurs – ses actions et croyances. Ainsi, on considère largement l’erreur et l’échec comme des vecteurs d’apprentissage dans l’heutagogie.

On retrouve d’ailleurs cette réflexion sur la résolution de problèmes dans la méthode de Singapour, en mathématiques.

Une femme travaille sur une tablette

>> Découvrez le témoignage de Corinne, enseignante, sur la méthode de Singapour

Un objectif et des différences

Finalement, ces trois méthodes d’enseignement ont un objectif commun : l’apprentissage.

La différence majeure réside dans les objectifs et la distribution des rôles.

  • Dans la pédagogie, c’est l’institution et l’enseignant qui décident de ce que l’élève va apprendre et de la manière dont il va l’apprendre.
  • L’andragogie est l’enseignement destiné aux adultes. Les besoins et la motivation des apprenants diffèrent de la pédagogie. Plus souvent externe (parents, enseignants…) chez les enfants, elle se mue en motivation interne chez les adultes.
  • Dans l’heutagogie, c’est l’étudiant – l’adulte – qui décide de ce qu’il veut apprendre et de la manière de le faire. Le formateur a ici un rôle de soutien.

Un tableau pour mieux comprendre

Sur son blog, Lindy McKeown a réalisé un tableau qui compare pédagogie, andragogie et heutagogie. Le tableau a ensuite été traduit en français.

Tableau comparatif entre pédagogie, andragogie et heutagogie

@Jackdub – Prodageo

Une des limites à ce tableau soulevée dans l’article est la présentation caricaturale de la pédagogie4. En effet, de par, par exemple, le choix des enfants dans certains apprentissages, l’heutagogie – même de manière inconsciente – est aussi possible dès le plus jeune âge. À ce titre, on remarque dans certains écrits la notion d’amincissement de la frontière entre pédagogie et andragogie sur certains aspects. En effet, de nos jours, on considère qu’enfants et adultes partagent certaines caractéristiques en tant qu’apprenants. On a souvent considéré la pédagogie comme étant une méthode passive et descendante. Or, dans l’enseignement, on cherche de plus en plus à donner du sens et à privilégier les interactions. Marie Avisou, enseignante, nous parlait justement de l’importance de donner du sens aux apprentissages dans la pédagogie de projet.

>> Témoignage : Marie Avisou, enseignante, nous présente la pédagogie de projet


Sources :
1. Anon. Theory name : Andragogy. web.cortland.eu. s.d.
1 T. HEICK. What is the difference between pedagogy, andragogy and heutagogy ? teachthought.com. 2018.
2 S. HASE, C. KENYON. Moving from andragogy to heutagogy ; implications for VET. researchgate.net. Janvier 2001.
3 L. M. BLASCHKE, S. HASE. Heutagogy and digital media networks : Setting students on the path to lifelong learning. Pacific Journal of Technology Enhanced Learning. 2019.
4 JACKDUB. Pédagogie, andragogie et heutagogie. prodageo.wordpress.com. 23 octobre 2014.

Autres sources :
R. MORAGLIA. Heutagogie (quoi ?) et compétences. journaldunet.com. 19 avril 2018.
Anon. Pédagogie et andragogie : soyons précis ! sydologie.com. 27 novembre 2013.

Céline est chargée de webmarketing et communication chez Hop'Toys.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.