La neurodiversité est étroitement liée aux Troubles du Spectre de l’Autisme. C’est un concept qui, bien qu’ayant l’air moderne, était déjà évoquée en 1938 par Hans Asperger dans sa première lecture public à propos du syndrome d’Asperger. Développé dans les pays anglo-saxons, le terme « neurodiversité » ne parait cependant publiquement qu’en 1998, dans un article titré Neurodiversity, écrit par l’écrivain américain Harvey Blume. Mais qu’est-ce que c’est concrètement, la neurodiversité ?

Déficience ≠ différence

La neurodiversité désigne la variabilité neurologique, à savoir l’existence de plusieurs types de fonctionnements neurologiques différents chez l’être humain. Nous pouvons comparer la notion de neurodiversité à celle de biodiversité – qui considère la diversité d’écosystèmes, d’espaces et de gènes. La neurodiversité, elle, représente la diversité des cerveaux et des esprits humains.

Le concept de neurodiversité mène alors à une toute autre approche des Troubles du Spectre de l’Autisme. Ces TSA peuvent être reconnus comme un fonctionnement mental différent, et non déficient. C’est une question qu’évoque longuement Michelle Dawson, militante très active et chercheuse à l’Université de Montréal.

Malgré leurs difficultés à interagir et à communiquer, malgré leurs comportements répétitifs, les autistes ne sont pas des versions défectueuses de monsieur et madame Tout-le-Monde. Leur fonctionnement mental n’est pas déficient, mais différent.

Vers l’acceptation de la différence ?

Le concept de la neurodiversité peut apporter des éléments non-négligeable à la contribution de l’évolution des mentalités. En effet, avec ces éléments, nous pourrions avancer vers l’acceptation de cette différence et de l’hétérogénéité de sa diversité. De plus, cette approche pourrait être extrêmement utile à la recherche des causes et d’éventuels traitements. Médecine et éducation pourraient alors évoluer, et offrir quelques innovations aux personnes porteuses de Troubles du Spectre de l’Autisme.

En savoir plus sur les différents points de vue autour de la Neurodiversité :

Doigts écartés, bras tendus de chaque côté d’un corps potelé qu’elle balance d’avant en arrière, une petite femme aux cheveux courts marmonne face à sa fenêtre, suit de sa main, filmée en gros plan,  passe compulsivement ses doigts sur un clavier d’ordinateur, agite un collier devant la lumière… Puis une voix lisse et synthétique explique de façon très précise que tout ce que l’on vient de voir est bien une façon à part entière de penser et d’interagir avec l’environnement, puis lance :

« Pendant que j’y suis, sachez que je trouve particulièrement intéressant que mon incapacité à apprendre votre langage soit vue comme un déficit alors que votre incapacité à apprendre mon langage vous semble parfaitement naturelle, vu que l’on décrit les gens comme moi comme mystérieux et déroutants. Cela, au lieu d’admettre que ce sont les autres qui sont déroutés… »

Traduction extraite de l’article « Fiers d’être autistes : la neurodiversité, un mouvement polémique« , Sciences Humaines.

 

Et vous qu’en pensez-vous ?

Alors Amandine Vicente-Biosca, community manager et rédactrice pour le blog Hop'Toys.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.