Marie Vallet est psychomotricienne D.E. Elle vit aux États-Unis, où elle exerce en tant que psychomotricienne en libéral. Elle prend en charge tout type de troubles et de difficultés, allant du retard de développement à la dyspraxie en passant par les TSA ou encore les troubles émotionnels. Dans cet article, elle vous donne ses conseils de professionnelle pour aider à la régulation de la pression dans l’écriture.

Dysgraphie : troubles de l’écriture

Les troubles de l’écriture sont un motif de consultation très fréquent chez les psychomotriciens. Nous allons ici nous pencher sur la question de la pression exercée lors de l’écriture. En effet, il est important de parvenir à réguler cette pression, car si l’enfant appuie trop fort, il y a un risque de déclencher des douleurs et des tensions, de freiner la fluidité de l’écriture, d’avoir une écriture trop raide et saccadée ou encore trop lente. À l’inverse, un enfant qui n’appuie pas assez peut également se trouver en difficulté dans la formation des lettres, rendant l’écriture difficilement déchiffrable.  

Voici donc quelques idées pour aider à la régulation de la pression dans l’écriture. 

 Quand la pression est trop forte 

  • On peut utiliser un stylo qui va donner un feedback à l’enfant, qui va tout de suite se rendre compte s’il appuie trop. Ainsi, on peut proposer de dessiner ou d’écrire avec un critérium puisque la mine va se casser dès qu’il y aura trop de pression. Cependant, cela peut être mal vécu par certains enfants, c’est pourquoi je préfère utiliser des stylos lumineux, dont l’extrémité s’allume quand la pression est trop importante 
  • Décorer du Sopalin ou du papier toilette en suivant les motifs de la feuille et en essayant de ne pas déchirer le papier.  
  • Dans le même style, on peut proposer d’écrire sur du papier aluminium ou du papier parchemin qui se déchirent facilement si on appuie trop. 
  • Mettre la feuille sur un support mou comme de la feutrine ou de la mousse. Si on exerce une pression trop forte, le stylo passe à travers la feuille. 
  • Décorer un ballon de baudruche, à l’aide de feutres ou de stylos. L’enfant aura naturellement une certaine appréhension à l’idée que le ballon éclate. Par conséquent, il va avoir tendance à alléger naturellement la pression exercée sur le stylo.
  • Proposer des guide-doigts mous, qui s’écrasent facilement, ou bien simplement un élastique à cheveux enroulé autour du crayon, qui permettent à l’enfant d’avoir quelque chose à presser et de pouvoir exercer une pression sur le stylo et pas sur la mine.  

Technique du ballon pour l'écriture

>> À lire aussi : « Manchons et guide-doigts : utilités et spécificités ».

Quand la pression est trop faible

  • Les exercices de poinçonnage permettent à l’enfant d’exercer une pression suffisante en direction de la feuille pour pouvoir percer des trous. 
  • Utiliser des décalcomanies, car, pour pouvoir transférer le dessin, il faut gratter sur le papier transfert avec un stylet en bois. Il faut vraiment appuyer, sinon le dessin ne se transfèrera pas ou pas complètement. 
  • Dans la même idée, les cartes à gratter sur lesquelles on peut dessiner ou écrire avec un stylet ou un cure-dent sont plus faciles d’utilisation pour des enfants plus jeunes, et tout aussi efficaces. Il y a un côté magique grâce aux couleurs qui apparaissent, qui font que généralement, les enfants sont motivés et prennent du plaisir à écrire.   
  • Utiliser des crayons de couleur plutôt que des feutres pour qu’il y ait un effort plus important à fournir pour voir le tracé apparaître. Proposer différentes duretés de mines quand on utilise un crayon à papier.  
  • Reproduire un dessin sur une autre feuille avec du papier calque en insistant bien sur le fait qu’il faut bien appuyer pour déposer suffisamment de graphite sur le calque pour que ça se transfère bien ensuite. Dans la même idée, les enfants aiment aussi beaucoup transférer un dessin en utilisant des feuilles de papier carbone. Généralement, ils ne connaissent pas du tout et du coup, ça les intéresse.

Liens des vidéos sur la régulation de la pression de l’écriture :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marie Vallet (@psychomot_usa)

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marie Vallet (@psychomot_usa)

Quand la pression est trop forte, trop faible, ou varie au cours de l’écriture

  • Placer du papier de verre sous la feuille pour que l’enfant ait un feedback sensoriel lorsqu’il écrit. S’il n’appuie pas assez, il ne va pas sentir la texture du papier de verre. S’il appuie trop, la texture vient gêner le mouvement car le crayon va buter contre les aspérités du papier. 
  • Proposer un exercice de dégradés : on dessine 4 cases qui vont aller du blanc au noir et l’enfant doit colorier les cases en appuyant de plus en plus pour obtenir un dégradé. Il est également possible de créer des coloriages magiques en nuances de gris pour rendre l’exercice plus ludique. 

Des techniques pour la pression de l'écriture

>> À lire aussi : « Graphisme : préparer son enfant à l’écriture ».

Pour conclure, n’oubliez pas que si votre enfant se trouve en difficulté lors des activités graphiques et/ou lors de l’écriture, vous pouvez consulter un professionnel paramédical qui saura aiguiller et accompagner votre enfant pour retrouver aisance et plaisir dans ces activités.  


 

Je m’appelle Marie Vallet, je suis psychomotricienne D.E., diplômée en 2014 à l’IFPVPS. J’ai exercé en crèche pendant près de deux ans auprès de bébés et de bambins porteurs de handicaps ou non avant de m’installer à Boston aux Etats-Unis en janvier 2016.

Ici je travaille en tant que psychomotricienne libérale, majoritairement auprès de la population francophone, mais j’ai également quelques patients américains. Je prends en charge tout type de troubles et de difficultés allant du retard de développement à la dyspraxie en passant par les TSA ou encore les troubles émotionnels. Aussi, je continue toujours à me former, notamment autour de l’autisme, de la parentalité, de la rééducation de l’écriture, du TDAH, etc. Je prends un réel plaisir à travailler avec mes patients et à faire découvrir la beauté de mon métier via Instagram.

Lien de mon compte Instagram : @psychomot_usa

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.