Qui n’a jamais entendu ou dit “je n’aime pas les maths” ou encore “les matières scientifiques sont pour les intellos” à l’époque du collège et du lycée ? Effectivement, les matières scientifiques ont un succès mitigé dans l’enseignement secondaire et supérieur. Pourquoi ? Comment redonner de l’intérêt pour les filières scientifiques ? La réponse : STIM.

STIM : qu’est-ce que c’est ?

L’approche STIM est une manière d’appréhender les disciplines scientifiques de façon ludique et expérimentale. STIM est un acronyme pour les sciences, la technologie, l’ingénierie, et les mathématiques. Concrètement, une approche STIM permet l’apprentissage de notions scientifiques pour les enfants par l’expérimentation. Il ne s’agit pas d’apprendre “scolairement” le tableau périodique des éléments, ou d’appliquer des formules. L’objectif est de découvrir des réactions de la nature et des technologies en croisant les différentes disciplines. Par exemple, en lançant une fusée à eau (connaissances physiques), on va calculer sa hauteur maximale dans le ciel (connaissances mathématiques).

Une enfant apprend la science de la nature STIM

>> À lire aussi : La pédagogie par la nature

L’intérêt des STIM

L’approche STIM (STEM en anglais) propose un apprentissage actif qui va développer la curiosité intellectuelle puisque l’enfant va réaliser lui-même les expériences. Les thématiques abordables sont très nombreuses : astrophysique, ingénierie aérospatiale, biochimie, astronomie, informatique, physique et bien plus encore ! Les STIM favorisent l’autonomie et se marient à merveille avec la pédagogie Montessori qui met l’accent sur l’éducation sensorielle et kinesthésique. Applicables à tous les âges depuis la petite enfance jusqu’au lycée, les STIM font apprendre par la découverte dans une logique de questionnement intelligent. Chez les tout petits, une approche STIM va consister à observer et décrire. Chez les plus grands, on va chercher à comprendre comment et pourquoi des réactions fonctionnent. Pour que le jeune soit intéressé plus tard par les disciplines scientifiques (dans l’enseignement secondaire et universitaire), il est préférable d’engager les STIM le plus tôt possible, avec des ateliers adaptés à l’âge et aux capacités.

Une enfant apprend la science grâce aux bulles de savon STIM

>> À lire aussi : La Slow Pédagogie ou comment apprendre à son rythme

Comment ?

Bien implantée au Canada, dans plusieurs pays anglophones et en plein développement en Suisse, cette approche est encore méconnue en France. Après avoir constaté une pénurie de main d’œuvre dans les métiers scientifiques, les différents gouvernements mettent peu à peu des moyens en place pour stimuler l’intérêt des jeunes pour ces disciplines. Au Canada par exemple, une agence nationale a pour mission de développer des actions de promotions des STIM auprès des jeunes.

À une échelle plus locale, des professeurs de Maths et de SVT travaillent ensemble pour organiser des ateliers avec leurs élèves. Ces derniers adoptent une démarche de recherche, de renseignement très riche. Le rôle du professeur est de canaliser et d’animer les élèves lors de ces ateliers. Grâce à cette approche, les professeurs voient des élèves motivés et qui assimilent beaucoup mieux les notions scientifiques. De plus, l’erreur faisant partie de la démarche scientifique, les enfants apprennent à se tromper et à apprendre de leurs erreurs.

Mac Lesggy, ingénieur agronome et célèbre présentateur TV sur la chaîne M6, a validé : L’objectif des jeux STIM (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques) est de développer l’intérêt des enfants pour ces quatre disciplines dès leur plus jeune âge. À travers des découvertes, des explorations et des défis passionnants, les jeux STIM permettent aux enfants de développer des connaissances qui leur seront utiles toute leur vie.

Les sciences sont présentes partout dans notre quotidien. Même si beaucoup d’entre nous ne sont pas familiers avec ces disciplines, leur compréhension permet un développement de l’enfant dans une vision holistique de son environnement. A portée de main, les sciences et la technologie sont bien plus faciles à appréhender si leur étude est entamée dès le plus jeune âge, tout naturellement.

Des jouets STIM de Hop Toys

Le robot souris et son labyrinthe : Observez votre souris parcourir le labyrinthe jusqu’au morceau de fromage ! Ce super kit aide les enfants à développer des compétences de codage tout en s’amusant ! Programmer devient alors un jeu d’enfant grâce aux cartes de direction qui aident les enfants à suivre chaque étape d’une séquence.

Constructions engrenages : Ce jeu de construction est composé de plaques qui s’emboîtent et d’engrenages qui tournent sur eux-mêmes à l’aide d’une manivelle une fois la construction achevée. Si ça coince, il faut alors déterminer quelle roue bloque et quelle est la solution à apporter.

Des jouets STIM de Hop Toys

Construction magnétiques Smartmax : Les 42 pièces de ce jeu de construction sont magnétiques et donc faciles à assembler. Grâce au livret pédagogique, on aborde différents apprentissages : repérage dans l’espace avec la reproduction de formes géométriques planes ou en 3D, numération…

Mental Box : Reproduisez de mémoire les compositions des cartes modèles à l’aide des différents blocs, tous de motifs, de formes et de couleurs différents ! Evitez les pièges : ils sont quelque fois positionnés afin qu’on les confonde. Plusieurs variantes de jeux.

Sources :

Monminimi, “Qu’est-ce que l’apprentissage stim ?”, Karine Larivière, 26 juillet 2016

Direction de l’instruction publique, “Promotion des STIM à l’école obligatoire”

Fed_Dev Ontario, “Parlons Sciences : Jeunesse en STIM, 30 mars 2016

Rédacteur chez Hop'Toys, j'aime interviewer des professionnels pour écrire des articles. Amoureux de la langue française, je suis aussi jongleur de diabolo et auteur de chansons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.