Bus, tramway, métro, train… Les personnes ayant des besoins sensoriels, en particulier les enfants avec autismes, peuvent souvent avoir du mal à accéder aux transports en commun pour diverses raisons, allant des besoins sensoriels ou physiques à un manque de confiance en soi.

Les changements inattendus lors de l’utilisation des transports en commun peuvent provoquer un effondrement. L’inquiétude liée aux interactions sociales et à la communication s’ajoute au stress. 79% des personnes avec autisme1 se sentent isolés socialement et pour certains, cela peut causer de l’anxiété et surcharger les sens, amenant les personnes atteintes d’autisme à hésiter à quitter leur domicile. Alors comment bien préparer un voyage en bus, en métro ou en train ?

L’inquiétude liée aux interactions sociales et à la communication ajoute au stress, en particulier lorsque des changements inattendus sont apportés aux horaires de transport. Cela peut amener les personnes avec autisme à éviter les transports en commun et à réduire considérablement l’excitation ou l’enthousiasme à l’idée de voyager loin de chez eux.

>> À lire : Autisme, l’inclusion aux USA vue par Eileen

Transport en commun et autisme

Pour des transports en commun accessibles !

Quelles sont les stratégies à mettre en place dans les gares, les stations de métro ou les gares routières ? Claire Lindsay, une blogueuse avec autisme à lister des points que ces lieux devraient mettre en place pour favoriser l’inclusion de tous :

  • Des points d’aide et d’assistance accessibles : aujourd’hui, beaucoup d’entre eux ne sont pas accessibles à tous, et il faut bien souvent prendre des escalators ou un ascenseur pour y accéder. Disposés à l’entrée des gares et des stations, ils seraient plus utiles et plus facilement repérables, pour tous.
  • Des informations claires : les gares sont très difficiles à naviguer. Trop d’informations peuvent perturber et submerger l’utilisateur. Des couleurs de repérages sont utiles au sol pour les guider, ainsi que des panneaux indiquant le nombre d’escaliers sont très utiles et aident les passagers à prendre des décisions. Les symboles sont également plus faciles à lire et à comprendre pour beaucoup de gens : par exemple, un symbole représentant une empreinte avec un bus peut indiquer le chemin qui mène à la gare routière.
  • Les annonces en direct sont soit trop fortes (et peuvent alors provoquer une désorientation), trop silencieuses ou indéchiffrables. Les annonces pré-enregistrées sont bien plus claires à comprendre pour l’ensemble des utilisateurs.
  • Les assistants de voyage sont indispensables. Une formation pour les personnes ayant un handicap invisible serait un plus pour tous !

Tout le monde peut profiter des choses qui sont plus faciles à utiliser. Les initiatives de conception inclusive sont très bonnes, en particulier avec une population vieillissante et plus diversifiée sur le plan culturel. Les fournisseurs de services doivent inclure des fonctionnalités d’accessibilité (telles que des ascenseurs, des rampes d’accès, du personnel, etc.) en tant que partie fondamentale du réseau, au lieu de les compléter. Si un ascenseur de station est opérationnel, mais qu’il n’y a pas de personnel pour accompagner un utilisateur de fauteuil roulant, cette station lui est alors fermée.

Transport en commun et autisme

Comment prendre le train ou les transports en commun avec mon enfant ?

Dans les grandes agglomérations, et même dans les plus petites, les transports en commun et les déplacements en train sont parfois un indispensable pour les familles. Pour un enfant ayant des besoins particuliers, vous devrez bien souvent recourir à un taxi ou à un service de transports avec un personnel d’assistance. La plupart des personnes atteintes de troubles sensoriels et d’autisme parviennent à se familiariser avec les transports en commun et à voyager de manière indépendante ou avec l’aide de leurs parents ou de professionnels. Mais comment faire pour relever ce défi ?

Anticipez

  • Rédigez un plan détaillé du parcours et des changements de bus/métro/train s’il y a lieu. Il existe des applications mobiles où trouver toutes les informations nécessaires pour réaliser la planification d’un trajet. Google Maps peut aussi vous aider !
  • Utilisez un support visuel. Si vous montrez des images ou des pictogrammes du voyage pas à pas, surtout si c’est compliqué, cela peut aider l’enfant à avoir confiance en lui pour réaliser ce trajet.
  • Visualisez le support avec l’enfant ou le jeune adulte aussi souvent que nécessaire.
  • Privilégiez les abonnements ou les une carte magnétique prépayée qui éviteront à l’enfant ou au jeune adulte d’avoir à sortir de l’argent pour acheter plusieurs tickets. Cela simplifiera également les correspondances.
  • Évitez les heures de pointe en partant une heure plus tard ou plus tôt pour éviter la foule.

Durant le trajet

  • Prévoyez un casque anti-bruit ou des bouchons d’oreille. Ils vont réduire les sons à des niveaux plus faibles, tout en offrant un sentiment rassurant de protection.
  • Choisissez une personne référente vers laquelle l’enfant pourra se tourner en cas de surcharge sensorielle.
  • S’il existe un itinéraire difficile, déterminez ce qui constituerait une récompense vraiment motivante pour votre enfant et utilisez-le. Adaptez la rapidité de la récompense à la durée d’attention de votre enfant : s’il est jeune, rendez-le plutôt immédiat. Montrez-le-lui avant de commencer pour qu’il ait un message visuel clair.
  • Choisissez vos places afin qu’elles soient dans le sens de marche du transport que vous empruntez.
  • Prévoyez des activités à faire avec l’enfant ainsi que des fidgets, à renouveler sur une période de temps selon son degré d’attention.
  • Parce que bien souvent, le fond du problème n’est pas le comportement de votre enfant mais celui des voyageurs, prévoyez des prospectus de sensibilisation à l’autisme. Nous vous proposons ici des téléchargements que vous pouvez adapter dans un format plus petit ! Peut-être que vous n’aurez pas besoin de les utiliser, mais il peut être rassurant de savoir que vous avez cette option.

Sécurité

  • Faites une carte où seront indiqués le nom et la pathologie de l’enfant ainsi que le numéro de téléphone à prévenir en cas de besoin

L'inclusion dans les transports en commun

>> À télécharger : L’aider à faire sa valise pour les vacances avec nos pictogrammes

Les initiatives à travers le monde

En Angleterre, Community Rail Lancashire2 a lancé un programme afin de développer l’utilisation du train pour les jeunes porteurs de troubles de l’autisme, mais aussi pour ceux ayant des besoins sensoriels particuliers. Ce programme offre aux jeunes de tous âges une carte de voyage gratuite vers un certain nombre de destinations permettant à ces enfants de renforcer leur confiance en eux et leur aptitude à voyager.

De plus, Community Rail Lancashire prend en compte une série de facteurs susceptibles d’empêcher l’utilisation du train et propose des stratégies pour surmonter ces problèmes : visualisation des perturbations, planification du parcours ou discussion de stratégies et conseils de gestion des émotions.

>> À télécharger : À l’aéroport, chez le coiffeur, au restaurant, au cinéma… Découvrez notre pack d’affiche pour une société plus inclusive ! 

Les trains et l'autisme : comment prendre les transports en commun

Les trains et l’autisme

Les trains ont quelque chose de fascinant pour les enfants avec autisme. La majorité des parents explique que les trains ont un effet apaisant pour leur enfant.

Une maman explique :

Jonathan adore regarder les trains qui passent à travers la fenêtre et il peut même s’énerver lorsqu’ils ne respectent pas leur horaire. Lorsqu’il voit le train, il se calme.

Certains chercheurs ont essayé de tirer parti de cette fascination pour les trains afin d’aider les enfants porteurs de troubles du spectre de l’autisme. Simon Baron Cohen, qui dirige le centre de recherche sur l’autisme à l’université de Cambridge, a constaté que lorsque de jeunes enfants autistes passaient 15 minutes par jour à regarder le dessin animé « Thomas et ses amis » (le train ayant seulement un visage d’humain), les capacités des enfants à reconnaître les émotions s’amélioraient après un mois.

Simon Baron Cohen explique :

Les enfants autistes considèrent les trains en mouvement, en particulier ceux qui circulent le long des voies en ligne droite, comme un renforçateur naturel.

Thomas The Train: Day Out With Thomas Train Rides, 2018 intérieur Thomas La Locomotive – Colorare.online

Téléchargez notre infographie !

Téléchargez et partagez notre infographie pour aider les les enfants et les familles à mettre en place des stratégies

Une société + inclusive : Les transports en commun


Une société + inclusive : Les transport en communs

1 x A3 en pdf

pour imprimer en A4, réduire l'impression à 70 %


Sources :

1. Chiffres Autism.org.uk
2. Le programme de confiance de la Community Rail Lancashire
Children With Autism, Connecting via Transit, Christine Haughney, 13 aout 2011, New York Times
Using public transport, 27 September 2017, Ambitious about Autism

Caroline est content manager chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction d'article et traite des sujets d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.