Dossiers intégration sensorielle

Publié le 08 février 2018 / par Perrine / Temps de lecture estimé 6 min.

0

L’intégration sensorielle selon Anna Jean Ayres

À des degrés différents selon les personnes, nous avons tous des défenses sensorielles qui résultent d’une réaction défensive ou d’une sur-réaction de notre sens de protection.
Toucher du velours donnera des frissons à certains, la contact de la laine ressenti comme « grattant » sera désagréable à d’autres, tandis qu’un excès de bruit pourra augmenter l’agressivité de certaines personnes.

Chez certaines personnes, les mesures de protection et les défenses sensorielles peuvent être si importantes qu’elles vont les empêcher de bien interagir avec leur environnement, voire compromettre leur propre développement.

La thérapie par l’intégration sensorielle tente, par des activités de stimulation, d’organiser les messages reçus par le cerveau pour en permettre un meilleur traitement. Elle s’adresse à des enfants présentant des symptômes tels que maladresses, difficultés de concentration, problèmes d’équilibre, etc.
Mais elle convient aussi très bien aux enfants présentant une déficience plus marquée.

 

Qu’est-ce que l’intégration sensorielle ?

Les théories sur l’intégration sensorielle ont été développées dans les années 1960 aux Etats-Unis, par Jean Ayres, une ergothérapeute Docteur en psychologie et, depuis, par ses successeurs.

Le processus sensoriel est constitué de plusieurs étapes : la perception, le filtrage et la réponse comportementale apportée à l’information. Anna Jean Ayres explique ces étapes ainsi : avant d’apprendre à lire, écrire et calculer, nous devons donner une signification à ce que nous voyons et entendons, nous devons être capables de planifier nos mouvements et d’organiser notre comportement.

Cette capacité dépend de l’efficacité avec laquelle notre système nerveux organise les messages que nos sens lui transmettent.
L’intégration sensorielle est notre capacité à sentir, comprendre et organiser les informations sensorielles provenant de notre corps et de notre environnement. Ces informations sont transmises par les systèmes sensoriels (la vision, le toucher, l’odorat, le goût, l’audition), ainsi que par les systèmes vestibulaires et proprioceptifs.

Une bonne intégration et une bonne organisation des informations sensorielles sont indispensables à ce qu’un enfant se développe harmonieusement.

 

Gros plan sur le système vestibulaire

C’est le sens du mouvement et de l’équilibre. Il nous permet de savoir où se situe notre corps dans l’espace, si nous bougeons, ou si c’est notre entourage qui bouge. Il nous renseigne sur la direction du déplacement de notre corps et sa vitesse. Les récepteurs sont situés dans l’oreille interne. Ils enregistrent tous nos mouvements, tous les changements de position de notre tête et sont stimulés par le mouvement et la gravité.

Le rôle fonctionnel du système vestibulaire est triple :

  • Il est le point de départ de réflexes vestibulo-spinaux contribuant à maintenir l’équilibre postural automatique, tant statique que dynamique.
  • Il règle la position et le mouvement oculaire, par le biais du réflexe vestibulo-oculaire afin d’assurer le maintien de la stabilité oculaire dans l’espace.
  • Il contribue à la construction d’un modèle interne au niveau cortical, par l’apport de références sur la position et le déplacement de la tête dans l’espace.

 

Gros plan sur le système proprioceptif

C’est le sens de la position. Il renseigne notre cerveau sur l’emplacement des différentes parties de notre corps et sur ce qu’elles sont en train de faire.

Ainsi, notre corps s’adapte constamment à notre environnement sans que nous en soyons pleinement conscients. Les récepteurs se situent dans nos muscles, tendons, ligaments…

Certains enfants perçoivent mal leur corps. Ce défaut de perception entraîne une gêne au niveau du contrôle moteur (planification de la motricité globale, gestes fins).

Ces enfants seront ainsi obligés de regarder ce que fait leur corps pour pouvoir réaliser certains gestes quotidiens : fermer leur manteau, sortir du lit dans l’obscurité…

Lorsque un enfant a un système proprioceptif déficient :

  • Il est maladroit, tombe, se cogne.
  • Il tape des pieds quand il marche.
  • Il du mal à monter et descendre les marches d’escalier.
  • Il peine à s’habiller, se déshabiller, à se laver «partout», il présente mal son corps au moment d’enfiler son manteau car il n’en a pas une bonne conscience.
  • Il a du mal à doser ses mouvements.

 

L’intégration sensorielle au quotidien : quelles actions ?

On peut mettre en place un programme d’activités de type sensoriel réparties dans la journée. Leur but est d’atteindre et de maintenir un niveau optimal de confort sensoriel et de disponibilité à l’apprentissage via des stimulations régulières et contrôlées.

Il faut privilégier les activités tactiles, proprioceptives et vestibulaires tout au long de la journée et tenter de les intégrer à la routine quotidienne.
Il existe plusieurs techniques et modalités : de la pression et des massages, des activités induisant un mouvement, des stimulations orales, des outils à mordre, des vestes, couvertures, jouets proprioceptifs.

De manière générale, il s’agit de construire une routine constante, de minimiser le plus possible les stimulations indésirables et d’utiliser des stratégies relaxantes avant de débuter les tâches. Il peut s’avérer utile d’offrir un lieu de retrait ou de relaxation à l’enfant pour l’aider à se « recentrer » après les activités de stimulation.

 

Nous vous conseillons…

 

Pour les massages et la stimulation par pression

 

Le serpent vibrant

le-serpent-vibrant

 

Le Kit’pratik éponges sensorielles

kit-pratik-eponges-sensorielles

 

 Pour les activités de mouvement, de balancement

 

Le siège balançoire 

siege-balancoire-coquille-enfant

 

Pour la stimulation orale

 

Le coffret z-vibe

le-coffret-z-vibe

Le coffret five-vibe

coffret-de-massage-five-vibe

 

Des outils à mordre

Les bijoux à mordre

bijoux-a-mordre

 

Des jouets et objets proprioceptifs

 

Le chiot lesté avec son tapis

 

Le chat lesté

 

chat-leste

 

Manimo

manimo-le-lezard-leste

 

Une veste en jean lestée

 

 

 Un coin « relaxation »

 

Le tapis d’angle

le-module-d-angle

 

La cabane blanche

cabane-espace-blanc

 

En savoir plus sur l’intégration sensorielle :

>>Les désordres du processus sensoriel
>> Vêtements lestés : pas d’utilisation généralisée et pas de contre-vérités !
>> Interview de Olga JIMENEZ-NODET, ergothérapeute spécialisée en intégration sensorielle

>> Voir toute notre sélection d’outils d’intégration sensorielle 

Tags: , , , , , ,


A propos de l'auteur

Perrine est chef de projet multimédia chez Hop'Toys. Elle réalise aussi les différentes infographies, illustrations et activités créatives que vous pouvez télécharger gratuitement sur ce blog.



Revenir en haut ↑