Valentin, petit garçon de 4 ans atteint d’‪‎autisme ne supporte pas qu’on lui lave les cheveux. Sa maman Sandie a sollicité la communauté Hop’Toys pour avoir des conseils.  

« J’ai essayé le gant, le jet de la pomme en mode moussant mais rien y fait ! Cest la crise assurée !  Alors que lorsqu’on va à la piscine ou à la mer,  il peut mettre la tête sous l’eau… »

Vous avez été nombreux à lui répondre pour lui donner vos trucs et astuces et partager votre expérience.

Samantha réagit tout de suite : « Le sujet m’intéresse aussi ! Mes jumeaux de 3 ans (un TED, l’autre non) ont horreur du bain ils deviennent presque hystériques ! »

Le shampoing est un acte simple pour le commun des mortels, explique Jamila. Cependant il touche beaucoup de nos sens: toucher, vue, odorat… et pour un enfant qui a besoin d’une attention particulière: cela peut être plus compliqué que ça en a l’air !  Elle recommande de cerner par l’observation ce qui gêne Valentin lors du shampoing : Est-ce le contact avec l’eau ? Ou le passage de l’eau sur le visage ou les oreilles ? Ou peut-être encore l’odeur du produit utilisé ? Le passage de la main dans les cheveux ? Trouver l’origine d’un problème permet de mieux appréhender des solutions !

Géraldine poursuit dans ce sens : « C’est son corps, ses peurs. Il faut qu’il sache que vous ne lui ferez pas de mal (même si c’est évident pour nous, pour lui c’est une agression). »

« Kilu Cru » (pseudo) pense que pour beaucoup d’enfants (de tous âges et de tous horizons), c’est la sensation de l’eau dans les oreilles qui ne passe pas… Du coup, peut être que des bouchons pourraient aider un peu ?

Sarah propose d’utiliser une histoire sociale dont l’enfant est le protagoniste.  « Cela peut parfois aider… avec photos et pictos à l’appui ! ».  Egalement, Yvette utilise des pictogrammes avec son fils Benjy, autiste Asperger

Les-pictogrammes-parce-qu-une-image-vaut-mille-mots

Les pictogrammes peuvent aider à installer une routine.

Gabrielle a eu le même souci avec ma fille qui a le même âge, mais pas le même handicap. C’est un calvaire de lui laver les cheveux… Elle a longtemps expérimenté : « J’ai essayé de remplacer la douche par un gobelet (soit se rincer elle-même), mais non… J’ai essayé la tête en arrière (pour éviter le contact avec les yeux), c’est la panique !   J’ai même essayé par imitation avec la poupée, ça ne changeait rien !  J’ai essayé la musique, les comptines mais ça changeait pas grand-chose… »  Elle a finalement trouvé LA solution qui convenait à son enfant : « je lui propose de mouiller ses cheveux à l’aide du gant de toilette, d’y ajouter le shampooing et de rincer à nouveau à l’aide d’un gant mouillé. ».

Nathalie reprend aussi l’idée de lui donner un poupon afin qu’il lui fasse les mêmes gestes en même temps.

Linda explique la démarche qu’elle a adopté : « Avec ma fille, c’est l’enfer pour lui laver la tête.  J’ai fait un tableau, le matin, de sa routine de la journée en incluant que le soir on se lave la tête. J’ai utilisé une récompense : si elle réussit, elle a un petit chocolat et un bel autocollant !  Quand je lui lavais la tête, je jouais avec elle en prenant le pommeau de douche en lui disant la petite bête qui monte, monte… et qui redescend… Mais il ne fallait pas être pressé. »  Elle conseille cependant, malgré le fait que ce ne soit pas facile, de ne rien lâcher et de PERSEVERER : « Ma fille a maintenant 15 ans et elle se lave la tête toute seule.  Des massages avant et après l’aide aussi beaucoup ».

 

dv891_500

Et si vous optiez pour un massage pour le relaxer avant le bain? Ici Panier de massage disponible sur www.hoptoys.fr

 

dv890_500

 

LE-MASSEUR-DE-TETE

Lindorie explique la stratégie qu’elle a mis en place avec son fils : « Il adore compter, on le fait donc compter jusqu’à 20 pendant le rinçage (qui est le moment qu’il déteste), il pense à autre chose et ça passe… Par contre, on se dépêche de rincer pendant le comptage ! Cela représente une limite de temps pour lui.  A la fin, c’est fini ! Le lavage de cheveux ça l’angoisse moins du coup… »

Ingrid a eu le même souci pendant plusieurs années avec son fils atteint de myopathie : « Il ne supportait surtout pas l’eau sur les cheveux. J’utilisais un gant mouillé + une petite casserole en plastique. »

Le fils de Christel a eu le même problème que Valentin, plus particulièrement à cause de son hypersensibilité… Elle lui lave les cheveux au gant de toilette et pareil pour les rincer ! « Je suis dans l’impossibilité de l’emmener chez le coiffeur ( il devient fou). Courage ! »

Cindy connait aussi bien le problème.  Elle a 3 enfants avec TSA et le petit dernier ne supportait pas qu’on lui lave les cheveux ni qu’on lui coupe !  Elle raconte : « Petit à petit, on a essayé de tourner la chose en jeu, avec un arrosoir dans la douche qu’il pouvait se vider sur lui… Puis, petit à petit, il a accepté… Maintenant, le lavage de cheveux, ça va mais il craint toujours d’avoir de l’eau qui lui coule dessus.  Cependant, il ne fait plus de crises… ».  Elle conseille elle aussi de peut-être commencer avec le gant puis de lui donner des jouets de plage dans le bain (sceau, arrosoir…) afin qu’il se mouille seul.

Emmanuelle conseille, quant à elle, l’utilisation de gants spéciaux pour laver les cheveux des personnes alitées.

Fabiana a aussi utilisé un gant avec son fils Bastien 3 ans et demi, autiste. « Il ne supportait pas l’eau, encore moins qu’on lave ses cheveux !  J’ai commencé alors avec un gant humide, des chansons et câlins…  Puis, de jour en jour, le gant est devenu plus humide, je n’hésitais pas à me mouiller aussi. Puis baignoire à peine remplie et toujours le gant au cas où, les chansons, câlins et beaucoup de patience et d’amour. Ça nous a pris plus d’un an, aujourd’hui Bastien adore prendre le bain, la piscine et même la mer. »

Murielle a aussi des soucis pour laver les cheveux de son loulou. La solution qu’elle a trouvée : un gobelet plastique, mais c’est lui uniquement qui se rince… Il déteste le pommeau de douche !

Plui Un jeu pour le bain

Plui : un jeu original pour le bain !

Le fils aîné de Géraldine n’a commencé à accepter de se rincer la tête au jet que depuis 3 ans. (Il a 10 ans). Avant il hurlait ! « Je devais lui rincer la tête avec un verre en lui expliquant que si c’était mal rincé, ça le gratterait… »  Petit à petit, il s’y est habitué… Pour qu’il utilise le jet, elle l’a d’abord habitué à se rincer le corps avec.  Elle suggère aussi à Sandie de se rendre à la piscine municipale pour que Valentin utilise les douches : c’est lui qui gère sa position sous le jet. « Parlez-lui calmement pour qu’il prenne confiance et qu’il fasse les gestes pour se rincer les cheveux. »

Amélie partage aussi son expérience : «Je le laissais jouer avec le pommeau de douche. Il avait le droit de me tremper. La salle de bain se transformait en piscine vu qu’un final ça finissait en bataille d’eau !  Mais du coup à force de jeu, c’est devenu de moins en moins compliqué pour finir par n’être qu’un mauvais souvenir… »

Julie préfère attirer l’attention de son enfant sur autre chose au moment du shampoing : «Je lui parle d’autres choses, qui n’ont rien à voir avec le shampoing, en sollicitant ses réponses.»

« Kilu Cru» s’interroge: « Douche ou baignoire ? Car si baignoire,  vous pourriez peut-être essayer de le faire s’allonger sur le dos ; pour imiter le mouvement de planche comme à la piscine ou à la mer.  Si bien entendu il ne pleure pas lorsqu’il se met sur le dos à la mer ou à la piscine ! »

Pascal pense également que la baignoire (ou tout autre contenant ne se vidant pas : grande bassine, pataugeoire…) pourrait peut-être permettre de mouiller les cheveux puis rincer sans écoulement.

Anne conseille le shampooing sec. Elle explique : « C‘est bien comme alternative mais il faut les prendre en pharmacie ». Toutefois, elle précise que ça ne remplace pas le bon shampooing.

« Delf » (pseudo) est personnellement passé au no-poo (pas de shampoing) depuis février dernier. L’usage de shampoing sec (poudre sidr, rhassoul…) peut très bien faire l’affaire, plus quelques rinçages à l’eau lors des douches. « En tout état de cause cela permet au moins l’espacement des shampoings si vous jugez qu’ils restent nécessaires. »

Pour info, la méthode no-poo consiste à bannir le shampoing de sa salle de bain. Ainsi, à l’heure où les produits chimiques sont régulièrement pointés du doigt pour leurs effets sur la santé, certains qui se tournent vers des alternatives plus naturelles pour prendre soin de leur cheveux : eau claire, bicarbonate de soude ou vinaigre de cidre, ou après-shampoing naturel sans silicones (low-poo)…

Vous avez vous aussi des trucs et astuces pour laver les cheveux de vos enfants à partager avec Sandie et d’autres parents ?  Communiquez-les nous en envoyant un commentaire à ce billet !

Vous avez vous aussi une problématique du quotidien à laquelle vous n’avez pas encore trouvé une solution ?  Demandez l’avis de la communauté Hop’Toys sur notre page Facebook !

Elsa est chargée de communication chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction des portraits et traite des sujets d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.