Qu’est-ce que l’autorégulation ? Quels sont les moments où les bébés ont besoin de s’autoréguler ? Clémentine Luzu, ergothérapeute en périnatalité et monitrice de portage, vous livre dans cet article des informations sur l’importance de l’autorégulation des bébés ainsi que ses conseils et des astuces pour que vous puissiez accompagner au mieux votre bébé à s’autoréguler.

Qu’est-ce que l’autorégulation ?

L’autorégulation est notre capacité à nous autoéquilibrer et à maintenir un état d’éveil correct. Elle est en lien avec notre capacité à moduler les informations sensorielles, c’est-à-dire le processus qui permet de réguler et organiser l’intensité et la nature des réponses aux différents stimuli sensoriels provenant de l’environnement. 

La capacité d’autorégulation est présente dès la naissance, mais elle évolue au fil du temps. Plus le bébé est petit, plus il a besoin d’être accompagné dans cette autorégulation. C’est ce qu’on appelle la corégulation. Plus l’enfant a une bonne maturation cérébrale, plus il sera capable de mettre en jeu en toute autonomie sa capacité à s’autoréguler.

autorégulation des bébés

>> À lire aussi : « Bébé : l’importance des jeux en position ventrale ».

Les bébés et le besoin d’autorégulation

Au-delà du fait que l’autorégulation nous permet de maintenir un équilibre socio-émotionnel, elle aide également à avoir un bon niveau d’éveil, d’être disponible pour manger, dormir, apprendre, jouer, communiquer, etc.  

Par exemple, certains bébés auront plus ou moins de facilité à s’endormir après une journée très stimulante, contrairement à d’autres qui auront besoin de calme pour prendre le repas du soir. L’autorégulation est donc à la fois nécessaire pour que le bébé s’apaise mais aussi pour qu’il puisse adapter son comportement, favoriser ses apprentissages.

Quels sont les moments où les bébés ont besoin de s’autoréguler ? 

Lorsque le bébé n’est pas dans un niveau d’éveil optimal (tension, excitation ou au contraire en retrait, endormi), le parent va accompagner l’enfant à s’autoréguler pour retrouver cet équilibre. 

Le bébé peut avoir besoin de s’autoréguler suite à plusieurs situations :

  • Il reçoit des stimulations qui ne sont pas appropriées (trop ou pas assez importantes).
  • Il est surstimulé
  • Le vase affectif et sensoriel déborde.
  • Il se met en retrait (en lien avec la Théorie Synactive de H. ALS 1982).  

Dans le cadre de l’accompagnement en ergothérapie, certains bébés seront plus vulnérables. Le bébé aura besoin d’être accompagné pour retrouver cette performance occupationnelle.

Quelques idées de corégulation et d’autorégulation  des bébés

Chacune d’entre elle apporte des stimulations qui permettent d’apaiser le bébé. Les stimulations vestibulaires et proprioceptives sont particulièrement reconnues pour apaiser le système nerveux.  

  • Le peau à peau
  • L’emmaillotage 
  • La succion non-nutritive  
  • Les bercements et le portage 
  • Le massage bébé et les pressions profondes 
  • Les bouteilles sensorielles, les mobiles noirs et blancs, les berceuses, les bruits blancs, etc.

portage bébé

>> À lire aussi : « Comment bien choisir les hochets pour son bébé ».

Plus le bébé va grandir, plus il sera capable de s’autoréguler seul. Par exemple, au départ, un bébé devra être regroupé et soutenu au niveau postural pour qu’il puisse effectuer une succion non-nutritive. Plus tard, il sera en mesure de prendre son pouce en toute circonstance puis par la suite, de le verbaliser : « Je suis fatigué, j’ai besoin de mon doudou et de ma tétine ».  

L’autorégulation n’est pas dissociable de la corégulation, dans le sens où c’est un processus interactif. De même que l’on peut faire le parallèle avec la théorie de l’attachement. Plus le parent sera soutenant, plus il apportera des réponses adaptées et répétées à l’enfant, qui se sentira en sécurité du point de vue affectif. L’enfant pourra alors s’autoréguler plus facilement. 

Le mot de la fin

L’autorégulation est donc un processus qui découle de la corégulation avec son caregiver (aidant). Plus l’enfant grandit, plus il pourra s’autoréguler pour s’apaiser, avoir le bon niveau d’éveil et être disponible pour ses soins, ses activités quotidiennes, les interactions et les apprentissages.  


Clémentine LuzuClémentine LUZU est ergothérapeute en périnatalité et monitrice de portage. Elle est spécialisée dans la prise en charge du bébé et du jeune enfant. Elle propose des ateliers et accompagnements sur le développement sensori-moteur, la diversification menée par l’enfant, le portage physiologique et le massage bébé. Parallèlement, elle est formatrice petite enfance et intervient dans des RAM ou des crèches. 

La retrouver sur Facebook : Clémentine Luzu Ergothérapeute et Bébé s’éveille

Sur Instagram : @bebeseveille

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.