Ils sont des dizaines de milliers en France à être déscolarisés, à être privés de leur droit à grandir au milieu de leurs pairs, à apprendre, à avoir une vie sociale et amicale. Cet état de fait, c’est celui dont nous parlerons ensemble le mercredi 2 décembre lors de la table ronde organisée par Hop’Toys en live sur sa page Facebook sur la scolarisation des enfants en situation de handicap. Mais vous nous connaissez, chez Hop’Toys, on essaie toujours d’aller de l’avant et de dessiner des solutions. Et cette capacité de rebond, Laure Sautreau, professeure des écoles, maman de de Tom et de Manon n’en manque pas elle non plus ! Après avoir créé une école inclusive pour offrir à sa fille la scolarité la plus épanouissante et adaptée qui soit, Laure a créé il y a quelques mois l’association Isaé, un service innovant d’aide à la socialisation des enfants et adolescents porteurs de déficience intellectuelle. Pourquoi ? Pour permettre à sa fille Manon qui à 15 ans s’est retrouvée sans aucune solution de scolarisation de vivre ce que tous les adolescents de son âge ont besoin et envie de vivre : une vie sociale !

En attendant de la retrouver lors de cette table ronde où elle nous fera part de son incroyable expérience, Laure, nous raconte ici son histoire et celle de sa fille Manon… qui a beaucoup de chance d’avoir une telle maman !

S’inscrire gratuitement au live

Présentations

Je m’appelle Laure et je suis la maman de Manon, 15 ans, porteuse d’un trouble du spectre autistique et de Tom, 9 ans. Je suis directrice d’une école alternative et créatrice d’une structure innovante pour adolescents avec déficience intellectuelle. Voici notre histoire…  

Isaé Manon, Tom et leur maman

Avec les copains à l’école !

Manon vit ses années d’écolière joyeusement, entourée de professionnels attentifs et dévoués. Elle est gênée par son autisme dans ses apprentissages et dans sa communication, mais elle adore être entourée d’enfants de son âge. Le dispositif ULIS lui convient très bien.

Ma fille grandit et la perspective du collège commence à m’inquiéter…

Les difficultés comportementales sont là et l’écart se creuse…
L’éventualité qu’elle ne puisse pas continuer sa scolarité en ULIS collège ou pire, qu’elle y soit malheureuse, me hante.

>> À lire aussi : Accompagner la scolarité des élèves avec autisme

La création de l’école Terre et Crayons

Enseignante passionnée de pédagogies alternatives, je décide de créer une école inclusive où Manon pourra poursuivre ses apprentissages dans un cadre sécurisant et où l’on respectera son rythme et ses particularités. Cette école répondra également aux besoins de son petit frère dont la précocité nécessite de la part des enseignants un peu de souplesse et de créativité…

Je m’entoure d’un groupe d’amis motivés par le projet et nous ouvrons ensemble l’école Terre et Crayons.

>> En savoir plus : « Terre et Crayons : une solution de scolarisation pour les enfants exceptionnels »

école Terre et crayons

Le projet

Notre projet est basé sur l’éducation à la citoyenneté : inclusion, mixité sociale, communication non violente, coopération. L’écologie est le deuxième axe fort du projet : nous trions nos déchets, cultivons notre potager en permaculture, organisons des sorties nature… Nous travaillons en équipe pour aider les enfants à développer leur autonomie.

Nous accueillons une trentaine d’élèves dont certains ont des besoins éducatifs particuliers (déficience intellectuelle, polyhandicap, autisme, TDAH, dyslexie, etc.). L’école est implantée à Candillargues dans l’Hérault, dans une maison dotée d’un grand jardin. Nous y sommes heureux, tous ensemble.

Un coup d’arrêt dans la scolarité de Manon

Manon bénéficie de 3 belles années à Terre et Crayons, en complément d’une scolarité à temps partiel en ULIS collège. L’équipe du collège ne ménage pas sa peine pour l’aider à trouver sa place dans le groupe, mais les difficultés de Manon deviennent incompatibles avec la poursuite de sa scolarité en ULIS : nous arrêtons. Elle est désormais trop grande pour continuer à fréquenter l’école Terre et Crayons, il faut nous résoudre à arrêter aussi…

Manon a 15 ans. C’est une adorable jeune fille pleine de vie. Elle aime les gens, le sport et le chocolat ! Une ado… pas tout à fait comme les autres : son autisme a la fâcheuse tendance à placer quelques obstacles sournois sur son chemin.

La voici seule, à la maison, faute de place dans une structure en capacité de répondre à ses besoins.

>> À lire aussi : « Handilib 30 : sensibiliser à l’autisme et accompagner »

La création d’Isaé

Quelques semaines passées à dresser l’amer constat que la solitude ne lui convient définitivement pas et c’est parti : je décide de retrousser mes manches de maman pour trouver une solution et assurer à ma fille le droit de retourner papillonner au milieu des jeunes de son âge ! Me voici donc sur les starting-blocks pour créer une association qui permette aux ados dans la situation de Manon d’accéder à une vie sociale épanouissante. Isaé voit le jour !

Les loisirs partagés d’Isaé

Première étape : échapper à la solitude tout de suite, maintenant, immédiatement ! Nous mettons sur pieds l’action « Les loisirs partagés d’Isaé ».  Pour sortir les jeunes et leurs familles de l’isolement, nous proposons des sorties conviviales, le week-end, où chacun peut créer du lien, échanger, soutenir, obtenir du réconfort et retrouver la joie de vivre ensemble ! Nous allons à la plage, au lac, au zoo…

Sortie avec l association Isaé

Sortie organisée par l’association Isaé

Le SAS d’Isaé

Objectif suivant : aller plus loin en construisant un projet qui réponde au besoin de socialisation de nos jeunes, au quotidien ! L’idée du SAS (Service d’Aide à la Socialisation) prend ainsi forme dans mon esprit.

Les élus de ma ville (Le Crès dans l’Hérault), l’association Halte Pouce (partenaire de la première heure) et mes proches (amis et famille) m’accordent leur confiance et leur soutien pour créer ce dispositif.

Il s’agit d’accueillir un petit groupe d’adolescents avec handicap mental, sans solution ou avec une solution partielle, dans un lieu propice à leur épanouissement. Permettre à ces jeunes de retrouver une vie sociale, de poursuivre leurs apprentissages, de développer leur autonomie, de préparer ainsi leur vie d’adulte, de partager des activités culturelles, sportives, ludiques qui nourrissent l’envie de se lever le matin : voilà l’objectif du SAS !

Le fonctionnement du SAS

Concrètement, les adolescents fréquentent le service sous la responsabilité des intervenants qui s’en occupent habituellement à domicile. Ces professionnels, employés par les familles, sont garants des projets éducatifs des jeunes qu’ils accompagnent.

À l’instar des Maisons d’Assistantes Maternelles (MAM) qui permettent aux bébés et aux nounous de se rassembler pour profiter de la convivialité, de la créativité et de la solidarité du groupe, le SAS offre une issue à la solitude des jeunes et de leurs intervenants à domicile. Ces derniers sont très souvent en mal de travail en équipe.

Le dispositif rend ainsi service aux adolescents, aux familles et aux professionnels en créant du lien, de la motivation, de l’envie de construire ensemble !

L’accès au SAS est gratuit, mais les dépenses inhérentes aux sorties, facultatives, sont à la charge des familles : billets d’entrée, transports en commun… Nous profitons des projets (sortie piscine, cinéma, bowling, etc.) pour travailler les compétences prioritaires pour chaque jeune.

 

Au SAS d’Isaé, les jeunes développent leur autonomie et se préparent ainsi à leur vie d’adulte.

Un emplacement central

La cerise sur le gâteau ? Notre point de chute ! Nous sommes installés dans les locaux du Cap’jeune, centre de loisirs pour les adolescents cressois. La municipalité du Crès met à notre disposition, sur les horaires scolaires, cette maison tout confort implantée sur le magnifique site du Lac. Le cadre est naturel, apaisant et sécurisé. Nous disposons d’un accès direct aux transports en commun, aux pistes cyclables, à une grande aire de jeux, à un city-stade, un skate-park, une piste de roller/trottinette, au lac, aux commerces.

Le SAS accueille les adolescents et leurs intervenants les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8h30 à 17h15, en période scolaire. Les familles peuvent choisir une fréquentation à temps plein ou à temps partiel.

Une coordinatrice assure le lien entre la structure et les familles. Elle organise le travail d’équipe, aide à la construction des projets.

Pour adhérer à l’association Isaé ou formuler une demande d’inscription au SAS, rendez-vous sur son site internet, en cliquant ici.

Pour en savoir plus sur le dispositif Isaé, pour échanger avec Laure Sautreau, sa présidente, sur ce besoin inextinguible de socialisation de tout adolescent y compris avec TSA, assistez à la table ronde proposée par Hop’Toys en live sur Facebook. Rendez-vous mercredi 2 décembre à 20h30. Nous vous attendons nombreux !

Inscrivez-vous gratuitement pour participer au live

Marianne est responsable de communication chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog. Passée par l'édition, la médiation culturelle et l'enseignement, elle aime tout particulièrement aborder des sujets pédagogiques, culturels et d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.