Chez Hop’Toys, on aime donner la parole aux personnes concernées par le handicap pour qu’ils nous parlent d’eux, inspirent d’autres familles. Aujourd’hui, on vous propose de découvrir Angélique. Elle a 30 ans et elle a été diagnostiquée tardivement comme étant TDAH avec des traits autistiques. Nous vous laissons avec ses mots.

Faites-vous partie d’une association ?

Actuellement, je ne fais pas partie d’une association, mais j’y réfléchis.  

Comment avez-vous appris que vous aviez un TDAH ?

Suite au diagnostic de mon enfant vers ses 4 ans (autisme, déficience intellectuelle avec possiblement un déficit de l’attention), j’ai commencé à me poser des questions sur mon fonctionnement cognitif et émotionnel. Mais, mon questionnement portait plus sur l’autisme que le TDAH. Pourtant, il semblerait que le TDAH chez moi prenne le pas sur l’autisme. C’est pourquoi je parle de « traits autistiques » et non d’autisme. En faisant des recherches, j’ai découvert que le TDAH et les troubles du développement sont encore peu diagnostiqués chez les adultes ou bien, on leur attribuaient des diagnostics erronés. Ce sont des connaissances et amies qui m’ont poussé à consulter une spécialiste pour savoir de quoi il s’agissait.

Une infographie sur le TDAH pour la salle de classe

>> À télécharger aussi : « Le TDAH : le Trouble de l’Attention avec ou sans Hyperactivité ».

Comment avez-vous réagi ? Puis agi ?

Lorsque le diagnostic a été posé, j’ai été très surprise, mais aussi soulagée car mes difficultés n’étaient donc pas irréelles ou exagérées. Cela a été un tsunami, car je n’ai jamais pensé au trouble de l’attention avec hyperactivité, vu que je n’étais pas hyperactive au niveau moteur. Il semblerait qu’enfant, mon hyperactivité était essentiellement verbale, puis cognitive (cela turbine sans cesse dans mon cerveau, surtout le soir avant de m’endormir). J’ai encore du mal à dépasser le diagnostic, mais je comprends enfin qu’elles sont mes difficultés et que mon cerveau a un fonctionnement différent des autres. Je culpabilise également de ne pas m’être fait diagnostiquer avant.

Quel est votre parcours scolaire ?

Mon parcours scolaire a été chaotique. J’étais cataloguée comme enfant dans la lune, trop discrète et hyper timide, hypersensible, incapable de se concentrer lorsque les matières ne m’intéressaient pas…. À aucun moment, un enseignant ou autre personnel scolaire ne s’est posé la question d’un trouble du développement…. Les efforts n’étaient jamais suffisants, ni même remarqués. Au lycée, ce sont des professeurs qui voyant que ma concentration était meilleure au premier rang m’ont fait comprendre que cela aiderait à mieux me concentrer et c’était le cas, je retenais mieux et était moins distraite.

L’impact familial et professionnel est vraiment compliqué. En effet, je suis aidante familiale de ma fille, et j’ai encore du mal à me projeter dans le monde professionnel. J’ai la sensation de ne pas être à ma place et sans projet professionnel. J’ai du mal à tirer des points forts concernant mon TDAH pour l’instant.

femmes sur balançoires TDAH

>> À lire aussi : « 5 choses à savoir sur le TDAH ».

Aujourd’hui, que diriez-vous à un adulte découvrant son handicap tardivement comme vous ?

Il ne faut pas attendre que les adultes ou enfants aient un diagnostic de TDAH pour mettre en place des adaptations que ce soit à l’école ou dans le milieu professionnel. À partir du moment, où l’on constate une forte distractivité (bougeotte même en étant assis), une hyperactivité verbale, une impulsivité, on peut proposer des aménagements très simples (assises dynamiques, cordelettes à attacher aux pieds de chaise). On peut aussi proposer un gros ballon qui remplace la chaise, mettre l’enfant au 1er rang et face à l’adulte, proposer un casque antibruit pour que la personne puisse arriver à mieux se concentrer au travail, éviter de donner toutes les consignes à la suite. On peut proposer à l’élève de distribuer les documents également.

Qu’est-ce qui selon vous pourrait améliorer significativement la vie et l’inclusion des personnes en situation de handicap ?

Une meilleure sensibilisation au TDAH chez l’adulte, car tous ne sont pas intégrés au niveau professionnel. Certains peuvent subir de la pression venant des collègues ou de la hiérarchie…. C’est par la sensibilisation au grand public, que la société sera plus compréhensive face au TDAH.  

Des produits Hop’Toys que vous utilisez au quotidien ?

Les produits utilisés via le site Hop’toys, ce sont les Fidgets que mon enfant utilise également et le casque antibruit, que j’utilise rarement, mais les Fidgets surtout.  

fidget et casque antibruit

Casque antibruit adulte : Idéal pour gérer les stimuli auditifs envahissants et les bruits forts et inattendus, ce nouveau casque antibruit a un design attractif, moderne et compact. Il permet une réduction sonore de 27 dB des bruits ambiants. Grâce à son double serre-tête, il est résistant, léger et confortable. Ses coussinets larges et moelleux permettent de réduire la pression sur les oreilles et d’améliorer le confort. La grande profondeur intérieure des coquilles contribue à réduire l’humidité et la chaleur. 

Fidget spinner pop : 2 fidgets en 1 ! Le fidget spinner pop combine en 1 seul produit, le mouvement du redoutable fidget spinner, avec le « pop » du fidget Pop it. Tenez-le par le milieu, donnez-lui un petit coup et regardez-le tourner. Appuyez sur les bulles en silicone pour entendre le fameux « pop ». Idéal pour améliorer la concentration, soulager le stress et l’anxiété.

>> À lire aussi : « Faire plaisir à un enfant avec TDAH ».

Le mot de la fin…

Je dirais aux adultes qui pensent être TDAH de se faire confiance et de ne plus hésiter à aller vers les spécialistes. On en sait de plus en plus sur ce trouble du neurodéveloppement. Il n’y a aucune peur à avoir, on vivra toujours avec mais on peut apprendre à l’apprivoiser et à vivre avec. 

 La diversité humaine est source de richesse, mieux l’on se connaît et moins on se dévalorise. Être atypique ne devrait pas signifier être moins intéressant ou bizarre. Les TDAH peuvent être plus créatifs, d’autres plus spontanés. Ils sont aussi plus empathiques, ont parfois un sixième sens (savoir des choses sans comprendre comment ils ont vu vrai).  

Vous avez été diagnostiqué tardivement ? Vous voulez témoigner de votre expérience ? Contactez nous ou laissez nous un commentaire ! 

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.