Pour se construire et se développer, un enfant a besoin de tisser des liens sécurisants avec un adulte. Ce constat évident aujourd’hui est celui de la théorie de l’attachement, qui fut dans les années soixante critiquée. Chez Hop’Toys on a voulu aller plus loin et mieux comprendre cette théorie de l’attachement ! Alors voici un article l’expliquant et montrant en quoi l’attachement est important chez les enfants.

La théorie de l’attachement c’est quoi?

bébé attachementSelon John Bowlby, psychiatre et psychanalyste anglais, la théorie de l’attachement consista à dire que l’enfant a besoin, pour se développer normalement sur le plan affectif et social de former une relation affective privilégiée avec au moins un donneur de soins, appelé figurine d’attachement principale. Oui mais pourquoi est ce si important? Et bien, parce que l’objectif principal de l’attachement est d’apporter un sentiment de  sécurité et du réconfort lorsque l’enfant émet un comportement d’attachement (les pleurs par exemple). En tant que figure d’attachement on va répondre au besoin de proximité physique dont a besoin l’enfant pour être rassuré lorsque par exemple il a peur, lorsqu’il est en colère ou lorsqu’il est en situation de détresse. C’est lorsque le besoin d’attachement est satisfait que le jeune enfant (à partir de 2 ans) peut aller explorer tranquillement et sereinement le monde en s’éloignant de sa figure d’attachement.

Les étapes du développement de l’attachement

Selon Ainsworth, Blehar, Waters et Wall (1978), le développement de l’attachement se fait en quatre étapes :

  • De 0 à 3 mois, la phase de pré-attachement : le bébé va activer ses comportements d’attachement (les pleurs) auprès de tous les êtres humains. Il n’a pas encore de figure d’attachement principale.
  • De 3 à 6 mois, l’émergence de l’attachement : les comportements d’attachement qui se sont diversifiés avec le développement de l’enfant sont tournés vers une personne en particulier.
  • De 6 mois à 2 ans : les enfants développent un réel attachement à une personne en particulier, c’est la figure d’attachement principale. La personne dont il a besoin quand il ne se sent pas bien ou qu’il est en situation de stress.
  • A partir de 2 ans, des attachements multiples se mettent en place et l’enfant a pu acquérir le sentiment de sécurité nécessaire pour explorer le monde en s’éloignant de sa figure d’attachement principale.

Pour aller plus loin dans l’explication, voici des exemples de comportements d’attachement possibles :

  • Les pleurs
  • Le comportement d’agrippement
  • Des cris ou l’appel par le prénom ou le mot maman généralement
  • Les sourires

Ces comportements d’attachement permettent d’apporter plus de proximité entre l’enfant et la figure d’attachement principale mais aussi d’émettre un signal indiquant qu’il faut s’occuper et prendre soin de l’enfant.

Focus sur la figure d’attachement

Pour définir de manière simple et concrète les figures d’attachement posez-vous la question suivante : « Quand je ne suis pas bien, vers qui j’ai envie de me confier? » la réponse à cette question vous indiquera la ou les personnes auxquelles nous sommes attachées. Pour les enfants c’est la même chose, vers qui va t’il se tourner quand il est en situation de stress ou de détresse ?

Les figures d’attachement sont généralement les parents car ce sont eux qui s’occupent du bébé dans les premiers mois de sa vie. Et c’est souvent également la maman (désolée les papas) !  La figure d’attachement est celui qui prend soin de l’enfant le plus souvent, celui qui va s’occuper de lui, on emploie le terme »caregiver » (celui qui prend soin) qui est préféré à celui des parent pour insister sur le fait que la figure d’attachement n’est pas forcément un parent. Ce n’est pas un lien biologique.

Une fois que l’enfant a choisi sa figure d’attachement, celle ci devient irremplaçable . Cependant, il peut y avoir d’autres figures d’attachement qui arrivent plus tard dans le développement de l’enfant comme vu plus haut. Principale ou subsidiaire (c’est à dire les autres figures) ne veulent pas dire que le bébé en aime plus que l’autre ou donnera une plus grande importance à l’une ou l’autre mais bien vers qui il va se tourner en cas de détresse. Cela est bien à retenir.

Une conférence pour finir !

Et pour mieux comprendre cette théorie voici une conférence de Nicole Guédeney, pédopsychiatre, concernant ce sujet.

 

Sources :

est assistante marketing chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog ! :)

1 Commentaire

  • Dupuy dit :

    Bonjour

    Est ce que des conflits à répétition chez mes parents auraient pu déclencher un attachement insécure avec un syndrome d’abandon qui se répète ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.