À l’occasion du mois de l’autisme a eu lieu, le 12 avril 2021, notre Facebook Live en compagnie de M. Josef Schovanec, écrivain et philosophe avec autisme. Durant ce Live, à la question d’une jeune maman « Comment expliquer à mon enfant, qui vient d’être diagnostiqué, qu’il porte cette particularité ? », M. Josef Schovanec a répondu en citant quelques films et dessins animés pour parler d’autisme aux enfants comme aux adolescents. Une liste, non exhaustive, que nous vous partageons dans cet article. 

Les outils pour parler d’autisme sont adaptés à l’âge de chacun. M. Josef Schovanec apprécie, à titre personnel, aborder ce sujet au travers de films et de dessins animés.

Parler d’autisme aux enfants

Inspecteur Gadget

Eh là qui va là ? Inspecteur Gadget ! Peut-être connaissez-vous ce générique joyeux et entêtant des aventures de l’Inspecteur Gadget, de sa nièce Sophie, et de son chien Finot. Ce dessin animé raconte les aventures de ce policier et de ses nombreux gadgets, qui combat l’organisation MAD, dirigée par l’énigmatique Dr Gang.

M. Josef Schovanec explique : « L’Inspecteur Gadget est autiste. Il est très fort pour des petits trucs techniques. Par contre, pour comprendre des situations sociales, ce n’est pas du tout ça ! Et même des situations sociales très simples : il devrait finir par comprendre que le Dr Gang veut l’attraper ! »

Ratatouille 

Ratatouille est un exemple de film d’animation pour parler de l’autisme aux enfants, de par le personnage de Rémy. Le film conte les aventures de Rémy, un rat, qui fait la connaissance d’un jeune commis, Alfredo Linguini, dans les cuisines d’un grand restaurant parisien.

Parler d’autisme aux adolescents

Pour les préadolescents et les adolescents, M. Josef Schovanec conseille le film SOS Fantômes, premier du nom. Il décrit SOS Fantômes comme « un film sur l’autisme et le non-autisme ». Dan Ackroyd, l’acteur ayant imaginé l’univers du film et en incarnant le personnage principal, est, par ailleurs, lui-même autiste. Cela se retranscrit dans son personnage, qui est très évocateur pour les préadolescents et les adolescents.

M. Josef Schovanec parle notamment de la scène d’introduction du film, que vous pouvez découvrir ci-dessous : « Vous avez sur les marches les non-autistes, qui sont en train de discuter, de faire du chahut. Puis, vous entrez dans la bibliothèque, et plus vous allez dans des rayons reculés, plus c’est silencieux, plus c’est la zone des autistes, et donc, des fantômes. »

L’autisme au féminin

Pour parler d’autisme chez les femmes sont évoquées Bécassine et Amélie Poulain : « La particularité du film Amélie Poulain, c’est que, non seulement il y a un personnage autiste, mais que le film tout entier est tourné de la perspective de cette personne ».

Des petits films animés

Ces petits films, qui durent entre cinq et huit minutes, permettent également de présenter l’autisme aux plus jeunes.

Le voyage de Maria et l’Académie des Spécialistes

Le voyage de Maria et l’Académie des Spécialistes sont deux petits films espagnols, tous deux réalisés par le dessinateur espagnol Miguel Gallardo, père de Maria, une jeune fille avec autisme. L’Académie des Spécialistes met notamment en scène une classe composée de plusieurs enfants, et présente ainsi la diversité des personnes avec autisme.

Mon petit frère de la lune

Enfin, ce film d’animation, réalisé par Frédéric Philibert, aborde l’autisme via le prisme de la relation fraternelle.

>> À découvrir aussi : « Infographie : L’autisme en quelques mots et chiffres »

Céline est assistante communication chez Hop'Toys.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.