L’affordance ou la « libre exploration », c’est laisser le tout-petit explorer librement son environnement et les objets qui s’y trouvent sans assigner à ceux-ci de fonction précise. Autrement dit, c’est permettre à l’enfant une découverte sensori-motrice riche en informations, très diversifiée, selon son besoin d’exploration du moment. C’est le jeu libre ! Comment favoriser l’affordance et la libre exploration chez son enfant ? Qu’est-ce que cela va apporter à son développement ? Aline Gontier est psychomotricienne. Elle nous présente ici l’intérêt de l’affordance et de la libre exploration chez les tout-petits et apporte quelques conseils pour valoriser cette approche, que ce soit à la maison, en crèche, chez l’assistante ou à l’école maternelle.

L’affordance, qu’est-ce que c’est ?

Le terme affordance est un néologisme qui vient de l’anglais « to afford » qui peut se traduire « offrir », « fournir », « pouvoir se permettre », « procurer/donner l’opportunité de » suivant la façon dont il est employé…
Un terme aux multiples sens, donc, très révélateur dans son utilisation en petite enfance. Il permet de mettre en lumière la potentialité, l’accessibilité, l’appel à l’action sur un objet, quelle que soit la façon dont on va procéder pour l’utiliser. Favoriser l’affordance, c’est laisser un enfant explorer tout le potentiel d’un objet sans lui soumettre son utilisation « classique » au quotidien.  Autrement dit, c’est lui permettre une découverte sensori-motrice riche en informations, très diversifiée, selon son besoin d’exploration du moment.

Le but étant de lui procurer un environnement qui lui donnera envie d’explorer.

James Gibson est un psychologue qui aborda, dans les années 1970, cette théorie de l’«affordance». Il en parle comme d’une relation complémentaire entre un environnement donné et un individu particulier.

C’est vraiment la perception de l’individu suivant son niveau de développement propre, mais aussi la manière dont l’objet va se présenter à lui, qui lui feront adopter tel ou tel comportement… Il y a toujours une rencontre entre l’environnement et le jeune enfant.

Ainsi, un bac de rangement pour jouets pourra servir de skate, de marche, de cachette, de coquille d’escargot, de djembé, de lit pour poupon… Et accessoirement de boîte de rangement.

>> À lire aussi : le jeu libre… d’imaginer !

Pourquoi favoriser l’affordance et donc le jeu libre ?

  • Parce que cela libère la motricité globale, fine, la stimulation vestibulaire et bien d’autres champs psychomoteurs essentiels au bon développement de l’enfant.
  • Pour mettre le sens proprioceptif ainsi que tous les autres sens à contribution pour parfaire le vécu perceptif de l’enfant et les réponses motrices en conséquence.
  • Pour favoriser la catégorisation, la planification, la curiosité, l’imaginaire
  • Parce que donner à son enfant toutes les possibilités d’exploration en l’accompagnant et lui permettre d’agir en pleine sécurité matérielle et affective c’est lui montrer qu’on a confiance en lui.

Eleanor Gibson (psychologue du développement et épouse de James Gibson) a étudié cette théorie de l’affordance au tout-petit… Elle décrit que l’affordance va de paire avec l’exploration et l’apprentissage.

En effet, plus un bébé grandit plus sa perception visuelle s’améliore, plus sa motricité sera élaborée… Plus il va découvrir de nouvelles affordances et les apprendre… Apprendre à connaître les appels à l’action ainsi que les appels à la réponse…

Il va progressivement passer d’un point de vue d’action motrice sur l’objet à une compréhension de l’existence de la relation de cause à effet entre lui et l’objet et entre les objets eux-mêmes suivant s’ils sont creux, pleins, durs mous, volumineux ou non. Ainsi, il va catégoriser le monde qui l’entoure.

>> À découvrir aussi : Wobbel, le jouet libre qui fait balancer les cœurs !

Comment favoriser l’affordance ?

  • Y adhérer nous-mêmes, parents, pros, et en laissant libre cours à notre imagination afin de laisser libre cours à celle de nos enfants.
  • En sécurisant leur espace de jeu pour leur permettre l’entière satisfaction dans leur soif d’explorer, de découvrir et de gravir.
  • En se demandant ce que chaque objet va pouvoir apporter en terme d’affordance à l’enfant. On va chercher une communication active, dynamique entre l’enfant et l’espace matériel (grimper, se cacher, faire interagir un objet avec un autre, glisser, transvaser…).
  • En apprenant à faire la différence entre une réelle prise de risque démesurée et dangereuse et une prise de risque sécurisée.
  • Rien de mieux que d’accompagner l’enfant dans le jeu pour découvrir vos limites et ses limites.

Il faut garder à l’esprit qu’un adulte n’aura pas la même perception d’une chaise qu’un tout-petit… La chaise standard est conçue pour motiver l’envie de l’adulte de s’asseoir dessus… Un tout petit n’aura aucunement cette perception… Ce qu’il percevra lui, c’est cette envie irrépressible de grimper dessus ou de se cacher dessous !

Il est important de se questionner, nous, adultes, sur ce qui nous empêche et nous amène à limiter le jeune enfant dans une invitation de l’environnement (monter sur une table basse, remonter la pente du toboggan).

>> Activité à découvrir : le Jeu de l’oie des P’tits aventuriers

Comment favoriser cette affordance ?

Pour répondre à cette question, il faut changer notre façon de voir le jeu, la découverte et se mettre au niveau du jeune enfant. On va s’interroger : quel objet pourrait lui donner l’envie d’explorer pleinement ? Pour cela, celui-ci doit pouvoir apporter un minimum d’informations sensorielles sans être trop « lisse ». C’est-à-dire, qu’il ne doit pas forcément répondre à nos critères d’esthétisme épuré d’adulte. L’enfant devrait pouvoir découvrir des textures, du transvasement, des volumes différents, des masses différentes, du visuel, du stable et de « l’instable »… En bref, des objets aux apports sensoriels et moteurs différents.

Il faudra aussi favoriser des espaces de jeu plus ouverts, moins lisses et permettre, même dans les coins de jeu dédiés à la dînette par exemple, « l’import/export » ; si l’enfant désire prendre une casserole dans un autre espace de jeu, peut être qu’il serait intéressant de voir ce qu’il va produire de ce détournement d’objet avant de le freiner en l’incitant à laisser au coin dînette les éléments de cuisine.

Voici une petite sélection d’idées pour favoriser l’affordance, l’envie de découvrir le monde sous différentes facettes !

Les balles sensorielles

Maxi kit de 9 balles sensorielles : les 9 balles de ce kit offrent chacune une forme, couleur et sensation différentes. Certaines sont rondes, d’autres pyramidales, d’autres encore en forme de rouleau et même de sablier. Certaines font même du bruit ! Différentes textures : picots, renflements, rainures…

Premières balles tactiles : 6 petites balles colorées offrant chacune une surface tactile distincte : nervures, rainures, picots, cratères, creux, renflements… Pressez-les, elles émettent un léger sifflement. Légères et faciles à manipuler.

>> À découvrir : toutes nos balles sensorielles

Éléments de parcours moteurs de diverses formes, textures, briques de construction

Parcours à vagues : 8 éléments s’emboîtent pour créer plus de 7m de parcours formant des vagues et des creux, le tout agrémenté de surfaces tactiles antidérapantes. Les finitions très soignées, l’ergonomie bien pensée font de ce produit un « must » pour tous les professionnels. Rangement dans un sac de transport.

Batibriques : 36 briques de construction en carton ultra résistant pour imaginer et édifier de grandes constructions ou des parcours sans cesse renouvelés. Ces briques légères et solides sont très maniables.

>> À découvrir : parcours psychomoteurs

Les toupies pour stimuler le sens vestibulaire… et pour tout !

La petite toupie : stimulant le sens vestibulaire chez les plus jeunes, les plus grands adorent se blottir dedans et la faire basculer. Retournée, elle devient une montagne à escalader mais sert aussi de cachette. Elle offre une protection anti-pincement des mains et de la tête.

Le Bilibo : c’est un jeu libre, dont la simplicité encourage l’imagination et la créativité de l’enfant en lui offrant d’infinies possibilités d’utilisations ! Tantôt toupie, pont, siège pour bouger et se balancer, luge, tambour… il stimule la motricité grâce à sa grande stabilité. L’enfant peut y prendre appui pour grimper, exercer son équilibre, découvrir ses capacités motrices et appréhender ainsi le monde à travers son corps. Il peut aussi servir de récipient que l’enfant adorera remplir et vider de différents matériaux : sable, eau, neige… Grâce à sa fantaisie, sa versatilité, ses couleurs vives et sa résistance, le Bilibo est le compagnon idéal de tous les petits aventuriers qui ont soif de découvertes et d’expériences motrices ; il les accompagnera pendant une longue période de leur développement.

Les paniers d’exploration sensoriels

Maxi panier d’exploration nature : un kit de démarrage indispensable pour tous ceux qui souhaitent mettre en place des activités de découverte et d’exploration sensorielle avec des produits naturels ! Contient galets de rivière (1kg), pierres polies de couleurs assorties (1kg), petits coquillages (500g), gros coquillages (500g), écorces d’arbres (250g), coupes de branches ovales (250g), coupes de branches circulaires (250g), souches (250g), pommes de pin (250g), carrés d’écorce (x10), ficelles naturelles aux couleurs assorties (x4), boules de saule (x4), feuilles de bodhi (x20), petites pierres assorties (250g). Le tout livré dans un maxi panier en maïs.

Lot bain : un lot qui stimule les sensations de l’enfant ! Le panier idéal pour accompagner le bain tout en douceur ! Tous ces éléments ont été sélectionnés pour favoriser l’éveil des sens de l’enfant et faire de ce moment agréable un temps de relaxation et de découverte. Ce lot contient : panier tressé*, kitpratik éponges sensorielles, jouet plui, balle xaxa, canard lumineux.

Cap sur l’affordance et la libre exploration

 

Aline Gontier est psychomotricienne D.E diplômée de l’Institut de Formation en Psychomotricité de la Pitié Salpêtrière en 2006, monitrice de portage certifiée et animatrice en ateliers de massage bébé. Elle accompagne les futurs et jeunes parents ainsi que leur bébé lors d’ateliers autour du massage, du portage psysiologique et de l’éveil psychomoteur. Elle se déplace à domicile à Mautauban et ses alentours, dans le Tarn-et-Garonne (82).

Aline a à coeur de favoriser le lien d’attachement qui se développera au fil des interactions entre les parents et leurs enfants et leur permettra d’accéder à une meilleure approche au monde !

Retrouver Aline sur Facebook : accompagnerbb
La retrouver sur Instagram : @accompagnerbb
La retrouver sur Youtube : Aline Accompagner-bb
Site internet : www.accompagner-bb.fr

 

 

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.