Dossiers

Publié le 29 septembre 2017 / par Marianne / Temps de lecture estimé 10 min.

0

Se former aux outils de l’école inclusive

Vous connaissez Lydie Laurent ? Cette professeure de physique-chimie est devenue enseignante spécialisée et s’est formée aux méthodes les plus reconnues sur le plan international pour être en mesure d’apporter les meilleures ressources éducatives à son fils, Aymeric, diagnostiqué autiste sévère à l’âge de 3 ans.
Lydie, en effet, ne voulait pas que soient proposées à Aymeric « des activités occupationnelles plutôt qu’éducatives« . Et elle voulait que son fils aille à l’école.
Après avoir réussi à le faire scolariser (non sans mal ; rappelons qu’avant la loi de 2005, une école de quartier pouvait refuser de scolariser un enfant porteur de handicap !), Lydie s’échinait à « trouver des idées efficaces, motivantes pour permettre à Aymeric de développer des compétences scolaires et de garder sa place à l’école ». (re!)
Au cours de ses formations et de ses recherches, elle découvre qu’en associant les outils développés par Maria Montessori et l’analyse appliquée du comportement, elle peut aider Aymeric, mais aussi d’autres enfants présentant des mêmes troubles.
Aujourd’hui, Aymeric est en apprentissage après avoir obtenu un CAP et envisage maintenant de passer un bac pro !

Pour partager son expertise et permettre aux enseignants, comme aux parents, de se former à leur tour aux méthodes pédagogiques les plus profitables aux enfants porteurs de troubles spécifiques des apprentissages (TSA) (et aux autres ?…), en suivant le programme de l’Education nationale, Lydie a créé Epsilon à l’école, un réseau de formateurs et de consultants certifiés en accompagnement et en soutien scolaire.


En complément de ses témoignages autour de la méthode Montessori et de l’autisme proposés en avril dernier sur ce blog (1e partie : intérêt de cette pédagogie ; 2nde partie : cas pratiques), nous avons demandé à Lydie de nous donner sa vision d’une école inclusive, elle qui tous les jours travaille à la rendre possible.
Pourquoi encore Epsilon à l’école ? Hop’Toys n’a aucune action dans cette entreprise 😉 . Nous souhaitons simplement que ce réseau puisse grandir et inspirer de nouvelles initiatives pour accompagner le développement personnel, mais aussi intellectuel et social, des enfants porteurs de TSA.
Vous découvrirez d’ailleurs à travers le témoignage d’enseignants, spécialisés ou non, passés par Epsilon à l’école combien ces formations ont enrichi leur pratique… avec tous leurs élèves.

 

Lydie, quelle est votre définition d’une école inclusive ?

 

« Les élèves n’ont pas de limites, l’école en a encore. »

Une école inclusive est une école capable de tenir compte de la neuro-biodiversité humaine. Les élèves n’ont pas de limites, l’école en a encore. Au sein d’Epsilon à l’école, nous tentons chaque jour de participer à la construction d’écoles inclusives en soutenant les enfants qui présentent des TSA (DYS, TDA/H, autisme), leur famille et leurs enseignants. A travers ce travail de partenariat, nous partageons et diffusons un savoir faire pragmatique précieux. Notre plus grand plaisir est de constater que les enseignants se saisissent des outils ou procédures d’enseignement basées sur la preuve présentée pour les autres élèves. Ces moments nous rendent confiants en l’avenir, l’avenir de meilleures écoles pour tous les enfants.

Comment apprendre à inclure ?

Afin de partager plus efficacement notre savoir-faire, nous avons mis en place des cursus de formation certifiants en accompagnement et soutien scolaire. Comme il existe des certifications en braille ou en LSF, il nous a semblé évident d’en mettre en place pour des élèves qui présentent des Troubles Spécifiques des Apprentissages. Une connaissance experte des procédures d’enseignement basées sur la preuve est indispensable pour soutenir efficacement la scolarité des élèves à besoin particulier. Leur maîtrise favorise aussi l’apprentissage des autres élèves.

 

Des enseignants formés « aux outils de l’inclusion scolaire » témoignent

 

Fatiha Idelcadi, professeur des écoles, en région parisienne : 

« L’idéal dans ces outils de l’inclusion scolaire, c’est que finalement ce sont des outils pour tous et que l’on peut aisément les adapter selon les difficultés ou besoins de chacun. »

« En tant que Professeur des écoles en maternelle, cela fait plusieurs années que, parmi l’ensemble de mes élèves se trouvent des « EBEP » (Élèves à Besoins Éducatifs Particuliers », notamment TSA, TDAH). Je me suis retrouvée confrontée à des profils d’enfants que je ne connaissais pas ou mal. Je me suis vite sentie démunie sur l’aspect « comment aider ? », « comment connaître et évaluer leurs compétences ? », « comment les accompagner au mieux dans leurs apprentissages et les aider à progresser ? ». En bref : comment jouer au mieux mon rôle dans le cadre de l’inclusion scolaire de ces élèves ?
Et voilà Epsilon découvert par hasard.
N’étant pas enseignante spécialisée à la base, j’ai trouvé d’une part une formation plus approfondie que celles que j’avais expérimentées jusque-là, m’apportant à la fois des éléments théoriques indispensables pour bien appréhender le champ du handicap, comprendre le vocabulaire essentiel – que j’ai tant de fois lu ou entendu sans le comprendre vraiment – et, d’autre part, des outils pratiques en lien direct avec les champs disciplinaires scolaires, avec des pistes solides et concrètes pour savoir comment les adapter à bon escient. J’ai maintenant à ma disposition une vraie boîte à outils professionnelle pour accompagner mes élèves et mieux les comprendre. Remarquez que je ne dis pas mes « EBEP », mais bien mes élèves. L’idéal dans ces outils de l’inclusion scolaire et le fait qu’ils nous sont présentés en relation directe avec les programmes scolaires, c’est que finalement ce sont des outils pour tous et que l’on peut aisément les adapter selon les difficultés ou besoins de chacun. »

 

Sabrina Almeida, consultante éducative à domicile, (spécialisée dans l’accompagnement d’enfants présentant des troubles du spectre autistique ou d’autres troubles cognitifs) :

« Les formations dispensées par Lydie Laurent, avec Epsilon à l’école, m’ont permis de faire évoluer considérablement ma pratique. Tous les élèves que je suis bénéficient de stratégies d’enseignement concrètes et pertinentes en fonction de leurs difficultés. Ce qui me permet de répondre aussi bien aux besoins des enfants « extraordinaires », qu’ordinaires. Également maman d’un garçon en classe de CP,  j’utilise quotidiennement ces « pistes éducatives » lors des devoirs du soir, pour le plus grand plaisir de mon fils. »

 

Sophie Boccard, enseignante spécialisée en IME :

« Intéressée par la pédagogie Montessori depuis plusieurs années déjà, mais sans oser passer réellement à sa mise en place avec mes élèves, j’ai décidé de participer à des formations Epsilon à l’école. Je voulais gagner en savoir-faire, en expertise pour répondre aux besoins spécifiques des élèves que je rencontre.
Enseignante en établissement médico-social depuis 5 ans, j’avais déjà eu la chance de participer à des conférences sur la présentation des principes ABA (Analyse Appliquée du Comportement) et de leurs applications.
Je n’étais donc pas complètement novice sur le sujet, mais la formation Epsilon m’a vraiment permis de gagner en rigueur sur ma méthodologie d’apprentissage en m’appuyant sur les outils mis en place par Maria Montessori.
Depuis ma formation, je mets donc progressivement en place ces outils pour les élèves en m’appuyant sur les apports théoriques et pratiques de cette formation,
dont tous les enseignants, spécialisés ou non, devraient pouvoir bénéficier. »

 

Sophie Besset, enseignante spécialisée à l’école MEEO (Mon école extraordinaire)

« réaliser des programmes scolaires individualisés répondant au rythme et aux potentialités de l’enfant »


« Enseignante spécialisée depuis un peu plus d’un an au sein de l’association MEEO « Mon école extraordinaire », j’ai à ma charge une classe d’enfants avec autisme. Mon équipe est formée d’une éducatrice spécialisée ainsi que d’une AVS, qui joue un rôle très important tant au niveau de la mise en place des contrats de comportements, que l’apprentissage de l’autonomie.
Il était primordial de continuer à me former afin de faire évoluer mes pratiques. Je me suis dirigée vers « Epsilon à l’école » qui réunit et met en corrélation les différents champs et méthodes nécessaires au bon épanouissement de l’enfant, tant au niveau scolaire et, ce, de manière adaptée, que développemental.
Le passage de la certification, « le CEPRO1 », a été une véritable révélation puisque j’ai eu des résultats positifs au niveau des apprentissages scolaires et pour la gestion des troubles du comportement. La pédagogie Epsilon m’a permis de faire des évaluations concrètes avec l’outil « EDCS » pour ensuite réaliser des programmes scolaires individualisés répondant au rythme et aux potentialités de l’enfant. La certification m’a apporté des outils solides sur les méthodes de l’ABA tant au niveau individuel que collectivement, mais également, avec la pédagogie Montessori, sur l’utilisation du matériel de manière progressive.
La certification a été un tremplin dans ma pédagogie en tant que professionnelle puisque celle-ci s’inscrit dans une démarche qualitative basée sur des résultats quantifiés et sur la réalisation de projets personnels mis en application avec l’équipe et le soutien des parents.

Aujourd’hui c’est avec joie que je peux voir mes élèves grandir, apprendre et s’épanouir au sein de la vie quotidienne. »

 

Pour aller plus loin : voir (ou revoir) l’intervention Ted-X de Lydie Laurent en 2012

 

Tags: , , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Marianne est chargée de communication chez Hop’Toys et rédactrice sur ce blog.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Revenir en haut ↑