Qu’est-ce qu’une pause sensori-motrice ? Il s’agit de petites parenthèses actives qui permettent aux enfants de bouger, manipuler des textures, jongler, réaliser des exercices faisant appel aussi bien à des fonctions sensorielles que motrices. C’est à la fois un moment ludique et une activité bénéfique pour le développement sensori-moteur de l’enfant. Cela favorise leur intégration sensorielle et les rend plus disponibles pour les prochains apprentissages.

Nous avons invité Marie-Laetitia de Pennart, ergothérapeute spécialisée en intégration sensorielle à nous présenter lors d’un live sur notre page Facebook plusieurs idées de pauses sensori-motrices pour des enfants, de 5 à 10 ans ! Retrouvez ici en détail les exercices réalisés par cette professionnelle et téléchargez gratuitement nos cartes d’explication pour proposer vous aussi ces pauses sensori-motrices à vos enfants, à vos élèves et même au centre de loisirs pendant les vacances pour un apaisement immédiat !

Intérêt des pauses sensori-motrices

Lors de cette séance live, Marie Laetitia de Pennart a pu expliquer combien ces pauses permettent à l’enfant de se faire du bien tout en s’amusant, de se rendre plus disponible, de se reconnecter à son corps.

De plus en plus de professionnels (enseignants, ergothérapeutes, psychomotriciens, orthopédagogues) proposent des pauses sensori-motrices, car elles favorisent le développement de l’intégration sensorielle (IS), du tonus postural et des habiletés gestuelles. Ces quelques minutes d’échauffement aideront vos enfants à être plus concentrés pour les apprentissages !

Isabelle Babington, ergothérapeute, formatrice en IS suggère qu’“il faudrait pouvoir organiser des pauses motrices, des pauses actives, pour que les enfants bougent. […] Grimper, sauter, tripoter des textures, se balancer, nourrit le cerveau des enfants pour les apprentissages ultérieurs et participe à la modulation neuro-sensorielle.”

>> À lire aussi : 5 bonnes raisons de mettre en place une classe flexible

Exercices pour une « récré ergo » inclusive

Pour cette pause sensori-motrice ou « récré ergo » inclusive, vous aurez besoin d’un petit sac de grains (ou d’une chaussette remplie de riz) et d’un vieux magazine. Les exercices sont à réaliser pieds nus sur une surface confortable (moquette, tapis, gazon). Ils s’adaptent à tous, chacun y va à son rythme, debout ou assis selon ses préférences et possibilités.

Réveil des yeux

L’enfant se frotte les mains afin de les chauffer. Il les positionne ensuite sur ses paupières. Puis, des yeux, il réalise des allers-retours de gauche à droite, puis de haut en bas. Il effectue une respiration-expiration par le nez en même temps. Cela va lui permettre de s’apaiser et favoriser sa concentration. Cet exercice est à répéter 3 fois minimum. Si l’enfant ne supporte pas d’avoir les yeux clos, on lui propose de faire l’exercice sans placer les mains sur ses yeux.

Cet exercice permet de travailler notamment la dissociation entre les yeux et la tête, mais aussi le réflexe tonique asymétrique du cou (par le balayage oculaire gauche-droite).

pause sensori-motrice : réveil des yeux

>> À lire aussi : Ergosevrier : l’INS comme outil de l’ergothérapie

Réveil des yeux (variante)

L’enfant se tient debout, ou assis, selon ses besoins spécifiques. Il place une main au niveau de son torse, paume tournée le ciel ou vers le sol selon le degré de difficulté choisi. Dans son autre main, l’enfant tient un sac de grains qu’il va laisser tomber, tout droit, en le suivant des yeux sans bouger la tête. L’objectif est de rattraper ce sachet avec son autre main, tout en la laissant devant son torse.
On alterne le « rôle » de chaque main. Cet exercice est à répéter minimum 3 fois (ou plus).

Le petit défi supplémentaire : si on fait tomber le sac de grains par terre, on devra essayer de l’attraper avec ses orteils. Un défi permettant de travailler son équilibre et son sens vestibulaire.

Cet exercice permet de travailler notamment la dissociation entre les yeux et la tête, la coordination œil-main, le réflexe d’agrippement palmaire de Robinson, mais aussi l’équilibre statique unipodal et le réflexe d’agrippement plantaire pour la récupération des sacs par les orteils.

pause sensori-motrice

>> À lire aussi : étude de cas : exercer la coordination œil-main avec des cônes et des années d’activités

Réveil du cou

L’enfant place une main au niveau du ventre et le petit sac de grains sur sa tête. L’objectif est de laisser tomber le sac de grains de sa tête en effectuant un mouvement du cou vers l’avant et de le rattraper avec ses mains situées au niveau du ventre. Pour complexifier cet exercice, on positionne ensuite ses mains derrière son dos et on fait ce même mouvement du cou afin de faire tomber le sac de grains, mais cette fois vers l’arrière. Cet exercice est à répéter 3 fois.

Cet exercice permet de travailler notamment la dissociation entre la tête et les épaules, le réflexe tonique labyrinthique, le réflexe tonique symétrique du cou, l’intégration des informations sensorielles vestibulaires, mais aussi l’équilibre statique unipodal et le réflexe d’agrippement plantaire pour la récupération des sacs par les orteils.

pause sensori-motrice

>> À découvrir aussi : notre sélection intégration sensorielle

Réveil des épaules

L’enfant effectue des mouvements de rotation vers l’arrière avec son épaule droite, puis il enchaîne en effectuant un grand cercle avec son bras. Il devra répéter le mouvement 6 fois avant de passer à des cercles vers l’avant. Il réalise ensuite la même série avec son épaule gauche.
Cet exercice peut-être plus difficile pour les enfants qui ont des difficultés à dissocier les épaules des bras. Il permet de travailler notamment la dissociation entre les épaules et les bras et le réflexe d’agrippement palmaire de Robinson (ce qui est bénéfique pour le graphisme). Il peut se faire avec ou sans sac de grains.

pause sensori-motrice

>> À lire aussi : réflexe archaïque : c’est quoi le réflexe de Moro ?

Réveil des épaules (variante)

L’enfant positionne ses mains devant lui, paume vers le sol et pose un sac de grains sur l’une de ses mains. Il va devoir envoyer ce petit sac sur son autre main par un mouvement qui « dessinera » un arc-en-ciel. Il commencera avec les mains relativement rapprochées et pourra ensuite agrandir la distance en fonction de sa maîtrise de ce geste.
Cet exercice est à réaliser 20 fois. Il permet de faire travailler notamment la coordination oeil-main, la mobilité oculaire, les réflexes paume-bouche de Babkin, d’agrippement et tonique asymétrique du cou.

pause sensori-motrice

>> À lire aussi : l’équipement IS de base selon Ayres Fidelity Tool

Réveil du dos

Un exercice qui stimule fortement l’oreille interne afin de permettre à l’enfant de se rendre plus disponible et de faire mûrir son système sensoriel.
L’enfant plie ses jambes et place ses mains sous ses cuisses. Il se penche vers l’arrière, puis vers l’avant dans un mouvement de bascule. Cet exercice est à répéter 4 fois.
Si l’enfant est à l’aise, il peut complexifier l’exercice en se relevant et en réalisant un tour sur lui-même à la fin de ce mouvement. Pour cela, il faudra qu’il croise ses pieds à chaque retour de bascule afin de pouvoir se relever plus facilement.
Cet exercice est à répéter 6 fois.

Option inclusive : on prend l’enfant dans ses bras et on réalise le mouvement de bascule avec lui. Il faut être bien gainé·e pour le faire avec lui et éviter de se blesser. En fonction de la taille et du poids de celui-ci, l’accompagnant devra protéger son menton et bien gainer ses abdominaux pour éviter de se blesser.

pause sensori-motrice

>> À télécharger : l’IS expliquée en facilitation graphique

Défi réveil des mains

L’enfant va arracher 6 feuilles de papier d’un magazine et en faire des grosses boules en utilisant une seule main. Les feuilles de papier glacé sont plus difficiles à froisser ce qui fera d’autant mieux travailler la main. Un exercice qui facilitera l’apprentissage de l’écriture et qui permettra d’éviter les douleurs qu’on peut avoir à force d’écrire.

Le petit plus : l’enfant peut froisser des feuilles sur lesquelles il aura écrit des mots exprimant sa colère, ce qui lui permettra également de « faire sortir » cette émotion.
On peut faire cet exercice assis ou allongé sur le ventre afin de renforcer en même temps le tonus postural.
Cet exercice est à réaliser 6 fois en tout.

Un exercice qui permet de faire travailler notamment les pré-requis du graphisme (musculature de la main, dissociation des doigts…).

pause sensori-motrice

>> À lire aussi : intégration sensorielle : quelle structure choisir ?

Défi la tête à l’envers

On positionne un coussin devant soi ; l’enfant va s’y allonger sur le dos. On place une corbeille à papier au-dessus de sa tête et les munitions (les boules en papier créées lors de l’exercice 7) au niveau de son fessier. L’objectif est de « faire des paniers » avec ces munitions en réalisant une extension de tout son corps vers l’arrière. Pour un défi plus intense au niveau vestibulaire, un ballon d’assise dynamique peut être utilisé à la place du coussin.

Cette séquence permet de faire travailler notamment l’intégration des informations sensorielles vestibulaires et proprioceptives, le réflexe de Moro, et la coordination œil-main.

Le paquet cadeau

Exercice inclusif : l’enfant s’allonge sur le dos et place une boule en papier sur son ventre. L’accompagnant va rabattre les bras, puis les jambes de l’enfant. Ensuite, il va déplier chacun de ses membres séparément. Pour aller plus loin, il pourra essayer d’accompagner complètement la flexion de l’enfant en lui faisant rentrer la tête.

Il sera bénéfique d’entraîner le cou en flexion également pour refermer complètement le « paquet cadeau ». Cet exercice permet de faire travailler notamment le schéma corporel, le réflexe de Moro et de radiation du nombril.

pause sensori-motrice

Défi la roulade

L’enfant va marquer des paniers en roulade. Il est allongé et va devoir se retourner en utilisant uniquement le haut de son corps pour aller marquer les paniers et utiliser uniquement le bas de son corps pour aller chercher les munitions : les boules de papier.
Lorsque l’enfant roule pour aller déposer la boule de papier dans la corbeille, il peut faire passer la boule dans son autre main pour complexifier l’exercice.
Cet exercice fait travailler la dissociation entre le haut et le bas du corps, le réflexe amphibien et de retournement segmentaire et la coordination œil-main.
On peut accompagner l’enfant qui ne pourrait pas réaliser ces mouvements seul pour l’aider à se tourner. Le simple fait de tourner sera déjà très intéressant aux niveaux proprioceptif et vestibulaire.

pause sensori-motrice

>> À découvrir aussi : intégration sensorielle, des solutions pour la classe

Massage relaxation

On termine cette session d’activités par un massage des pieds. L’enfant se met en position assise, les jambes croisées, les mains posées sur ses genoux et se masse lui-même les pieds ou c’est l’accompagnant qui lui fait.

pause sensori-motrice

Revoir ces exercices en vidéo

Téléchargez les exercices de Marie Laetitia pour une pause sensori-motrice :

Cartes Pause sensori-motrice


cartes sensori-motrice

3 x A4 en pdf

soit 11 cartes d'exercices à découper

Article publié le 4 septembre 2020, mis à jour le 26 octobre 2020

  •  
  •  
  •  
  • 2

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.