Marchés de Noël bondés, courses de dernières minutes dans les centres commerciaux… Les derniers préparatifs de Noël représentent une surcharge sensorielle, et plus particulièrement pour les personnes hypersensibles. Alors, pour que les fêtes riment avec bonne humeur, joie et plaisir partagés, on vous propose quelques solutions pour éviter les surstimulations sensorielles pendant cette période.

Qu’est-ce que l’hypersensibilité sensorielle ?

L’hypersensibilité sensorielle fait partie des troubles de la modulation sensorielle. Il s’agit de difficultés à capter l’information sensorielle (sons, lumière, odeurs) perçue par les récepteurs présents sur tout le corps. Cela va donc toucher l’intensité de la réponse de l’enfant ou de l’adulte face aux stimuli qu’il reçoit. Bien évidemment, la réaction face aux stimuli va être différente en fonction de l’hypersensibilité de chacun. Par exemple, une personne peut-être gênée par le son d’un aspirateur, une respiration trop forte… On parlera alors d’hypersensibilité auditive. D’autres vont être dérangés par des textures, des matières : on parle ici d’hypersensibilité tactile. De manière générale, on parle de profil d’hypersensibilité sensorielle.

Lorsqu’une personne n’a pas de troubles de la modulation sensorielle, le traitement de l’information perçue se fera naturellement, automatiquement. Les personnes ayant des particularités sensorielles ou des troubles de la modulation sensorielle vont, quant à elles, avoir des difficultés à traiter l’information au quotidien. Ainsi, cela engendre plus facilement du stress, des angoisses, voire des douleurs physiques. Heureusement, il existe de nombreuses solutions et astuces pour mieux vivre avec ses hypersensibilités sensorielles au quotidien.

Une jeune fille se tient l'oreille

>> À télécharger aussi : « L’intégration neurosensorielle illustrée »

En période de surstimulation sensorielle comme les fêtes de fin d’année

Pendant les fêtes de fin d’année – que ce soit pendant les préparatifs ou le jour J – les personnes hypersensibles vont ressentir une surstimulation sensorielle permanente. Qu’ils s’agissent des bruits et musiques dans les centres commerciaux, de la lumière abondante des rues piétonnes du centre-ville, des discussions interminables lors du repas de Noël, tout cela va créer une surcharge sensorielle. Les personnes hypersensibles vont avoir des difficultés à gérer ses surstimulations, à les réguler. Alors, pour leur éviter d’avoir à s’adapter, on conseille plutôt de trouver des alternatives, des solutions adaptées à leur hypersensibilité, pour passer des fêtes sereines en famille.

Conseils et astuces pour éviter une surcharge sensorielle en période de Noël

Observer son enfant pour prévenir de la surstimulation

Votre enfant se met les mains sur les oreilles lorsque la musique ou le bruit ambiant des centres commerciaux sont trop forts ? Votre enfant commence à agiter ses mains, son corps ? Il se replie sur lui-même ? Il s’agit de signes qui peuvent faire penser que votre enfant est trop stimulé sensoriellement à ce moment-là. Alors, pour éviter ce stress, évitez de vous rendre dans les centre commerciaux et magasins à des horaires de grande affluence.

Privilégiez plutôt des horaires creuses. Certains centre commerciaux, comme le centre commercial Odysseum à Montpellier, ont mis en place des heures silencieuses pour les enfants avec des besoins spécifiques. Si c’est le cas près de chez vous, profitez-en pour y aller à ce moment précis de la journée. Lors des heures silencieuses, la musique ainsi que les annonces sonores sont retirées. L’intensité des lumières et écrans des panneaux publicitaires est diminuéePar ces changements simples, on obtient un confort pour les personnes en difficulté sensorielle et un apaisement pour tous

Une maman et son fils devant un panneau "Odysseum"

>> À lire aussi : « Des heures silencieuses à Montpellier »

Diminuer le niveau sonore

Les bruits que l’on arrive à filtrer comme les bruits ambiants ne le sont pas forcément pour les personnes hypersensibles. Ils peuvent ainsi être perçus comme extrêmement forts et gênants. Ces bruits peuvent engendrer des difficultés de concentration. Par exemple, la personne va entendre à la fois la discussion à laquelle elle participe, mais aussi le bruit du déchirement du papier cadeau et la musique d’ambiance sur la même fréquence sonore. Il devient alors difficile de filtrer et donc de se concentrer sur la discussion. Alors, pour l’aider à diminuer la surstimulation sonore, en plus de baisser la musique, vous pourriez lui proposer un casque antibruit ou des bouchons d’oreilles.

bouchons d'oreilles et casque antibruit

Casque antibruit enfant : Tous les jours, les jeunes enfants sont particulièrement exposés au bruit : les jeux avec d’autres enfants dans la cour de récréation, les salles de classe bruyantes, les voitures qui klaxonnent, les jouets qui font du bruit… Saviez-vous que le bruit d’une cour d’école peut dépasser les 85 dB ? Ce casque antibruit est spécialement conçu pour les enfants et atténue jusqu’à 25 dB du bruit ambiant. Idéal pour les enfants hypersensibles aux bruits et les enfants avec hyperacousie, car il atténue les bruits parasites du quotidien. 

Bouchons antibruit enfant : Conseillé pour les enfants de 3 à 12 ans, ces bouchons d’oreille peuvent être utilisés dans de nombreuses situations et pour de multiples utilisations : diminution des bruits ambiants trop forts, prévenir la pénétration d’eau dans les oreilles, améliorer la concentration, contre le mal aux oreilles dans l’avion, etc. Ils peuvent également convenir aux adultes ayant un plus petit conduit auditif.  Grâce à leur design unique, l’enfant continue à vous entendre. Ils sont faciles à mettre dans l’oreille et très confortables grâce à leur matériau doux AlpineThermoShape.

>> À lire également : « Mettre en place une diète sensorielle ».

Diminuer la stimulation tactile

Certaines personnes ne se sentent pas à l’aise lorsqu’il y a un contact physique (la bise, main sur l’épaule, accolades, se dire « bonjour » du poing en temps de Covid…). Lors des repas de famille, ces grandes retrouvailles que sont les fêtes de Noël, vous pouvez alors prévenir votre entourage en amont pour leur expliquer que votre enfant n’apprécie pas le contact physique et qu’il préfère être salué de la main par exemple.

Aussi, pour les fêtes, ne privilégiez pas une tenue de « gala » mais plutôt une tenue confortable, dans laquelle votre enfant se sent à l’aise. En effet, les personnes hypersensibles au niveau du toucher peuvent être dérangées par les étiquettes des vêtements, une matière. Une nouvelle fois, observez votre enfant pour lui proposer la tenue qui lui conviendra le mieux.

>> À lire aussi : « Pour un Noël inclusif en harmonie familiale »

Proposer des pauses sensorielles

Pendant les vacances et avant le marathon des repas de Noël, proposez des petites parenthèses actives qui permettent aux enfants de bouger, manipuler des textures, jongler, réaliser des exercices faisant appel aussi bien à des fonctions sensorielles que motrices. C’est à la fois un moment ludique et une activité bénéfique pour le développement sensorimoteur de l’enfant. Cela favorise son intégration sensorielle et le rend plus disponible pour le repas de Noël.

Des pauses sensorimotrices

>> À télécharger : « Des pauses sensori-motrices inclusives »

Créer des routines rassurantes pour l’enfant

Les routines rassurent, elles créent des repères pour les enfants. En période de fêtes et de vacances scolaires, les repères sont chamboulés et les routines sont quelques peu modifiées. Pourtant, elles permettent aux enfants de les apaiser et de mieux accepter les différentes étapes de la journée qui les attendent. Alors, même si vos routines (du matin, du coucher, des rendez-vous, des sorties, des visites…) sont modifiées, vous pouvez en créer de nouvelles en fonction de votre rythme pendant les vacances ! Pour prévoir vos routines, vous pouvez utiliser des pictogrammes, afin que qu’elles soient plus visuelles et que votre enfant puisse gagner en autonomie.

De plus, vous pouvez également préparer votre enfant aux rencontres qu’il va faire en imprimant les portraits des membres de votre famille. Vous pouvez ensuite les placer sur votre planning visuel. Votre enfant saura qui il va rencontrer et à quel moment des vacances (Noël, nouvel an).

>> À lire aussi : « Noël et autisme : téléchargez ces supports Boardmaker »

Créer un espace refuge

Selon le profil sensoriel de l’enfant, il se pourrait qu’il ait besoin d’un moment calme, d’un moment rien qu’à lui où il pourra se sentir bien. Pour cela, vous pouvez lui créer un coin calme, un coin refuge. On vous conseille d’y mettre tous les objets qu’il affectionne particulièrement pour s’autoréguler. Cela peut-être un casque antibruit, une couverture lestée, un sensori bag… Ce sera son coin, loin des bruits et de l’agitation ambiante. Votre enfant pourra s’isoler et s’y ressourcer lorsqu’il en ressentira le besoin. Il vous faudra prévenir votre famille que cet espace lui est dédié. C’est à lui d’inviter les personnes à y entrer.

Votre enfant a des particularités sensorielles ? Vous avez mis en place des astuces pour l’aider à appréhender au mieux les fêtes de fin d’année et les surstimulations associées ? N’hésitez pas à ajouter vos conseils en commentaires !

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.