L’intelligence émotionnelle fait référence à la capacité à reconnaître ses émotions, à les comprendre et à se sentir autorisé·e à les exprimer. Il est donc essentiel d’apprendre à les apprivoiser, pour pouvoir s’ouvrir au monde et composer avec les émotions des autres. Dès lors, comment un enfant avec des besoins spécifiques, ou avec un trouble du spectre de l’autisme qui a des difficultés à parler peut-il reconnaître ses émotions, les comprendre et les exprimer ? Comment apprendre à son enfant à se servir positivement de ses émotions pour en faire une force ? Autant de questions qui peuvent se résoudre en privilégiant une éducation bienveillante, et en développant l’intelligence émotionnelle de votre enfant  dès son plus jeune âge.

L’intelligence émotionnelle qu’est-ce-que c’est?

Les 4 piliers

L’intelligence émotionnelle repose sur la capacité à…

  • identifier ses propres émotions et celles des autres : on a conscience de ce qu’on ressent, que se soit en bien ou en mal, on arrive à comprendre ce que l’autre ressent que ce soit par les mots ou par une communication non verbale (on sourit lorsqu’on est heureux, on fronce les sourcils lorsqu’on est en colère etc…).
  • comprendre ses émotions : c’est apprendre à ressentir les différentes émotions perçues au cours d’une journée en fonction de circonstances extérieures ou de vos pensées et surtout à les exprimer, ne pas se renfermer.
  • utiliser ses émotions : c’est la faculté de s’aider de ses émotions pour prendre une décision, mener une conversation, réaliser une action.
  • gérer ses émotions : c’est apprendre à s’autoréguler. Il ne faut pas contrôler ses émotions, les retenir, ne pas les exprimer, (nous ne sommes pas des robots). Il faut en revanche apprendre à réguler les négatives et profiter des positives.

piliers de l'intelligence émotionnelle

L’enfant vit ses émotions avec une grande intensité

Les neurosciences affectives, l’étude des mécanismes neuronaux, ont permis de mieux comprendre l’enfant, ses émotions, le développement de son cerveau et, de fait, ses capacités réelles, émotionnelles, ainsi que son rythme de développement… Les neurosciences mettent en relief le fait que le cerveau humain et séparé en trois parties : le cerveau archaïque, le cerveau émotionnel et le cerveau intellectuel (cerveau supérieur). Les trois sont reliés entre eux par des connexions neuronales. À la naissance le cerveau est immature, les connexions ne sont pas terminées, l’enfant est alors dominé par son cerveau archaïque et réalise des mouvements automatiques involontaires qu’on appelle réflexes archaïques.  Il tête, s’agrippe puis relève la tête etc… Petit à petit, les circuits neuronaux qui relient le cerveau supérieur au cerveau archaïque se créeront et votre enfant contrôlera ainsi de plus en plus ces mouvements.

Mais qu’en est-il de la partie du cerveau qui gère ses émotions ? Le constat est le même. Tant que les liaisons neuronales ne sont pas faites, l’enfant est dominé par ses émotions : il les vit avec une extrême intensité. Ses peurs, ses chagrins sont exprimés très fortement. En effet, il n’a pas la faculté de prendre du recul, d’analyser la situation. C’est là tout l’intérêt de construire l’intelligence émotionnelle de votre enfant dès le plus jeune âge. Sachant que son cerveau est encore immature, mettre des mots sur les émotions, apprendre à y répondre et les gérer va être bénéfique pour lui, pour son développement émotionnel.

>>Lire aussi : Réflexe archaïque : c’est quoi le réflexe de Moro ? 

Comment accompagner son enfant ?

Selon le docteur Catherine Gueguen, pédiatre et spécialiste de l’enfance, formée en communication non violente,

Une grande partie du cerveau est dévolue aux relations sociales et affectives, ce qui prouve leur importance capitale pour le développement des êtres humains. L’enfant est un être profondément sociable. Il a besoin de nouer des relations avec des adultes qui le comprennent, le réconfortent et le soutiennent.

Vous ne saurez mieux accompagner le développement de l’intelligence émotionnelle de votre enfant qu’en adoptant une attitude bienveillante.
Par ailleurs, via ce qu’on appelle les neurones miroirs, les enfants imitent ce que l’adulte fait. Si vous souriez, montrez votre joie, votre enfant aura tendance à faire de même. N’oubliez jamais qu’un enfant apprend par l’exemple. Vous êtes son modèle. Alors, même s’il n’est pas facile tous les jours de sourire selon notre état émotionnel, privilégier une éducation bienveillante et faire preuve d’empathie permettra de favoriser le développement de l’intelligence émotionnelle de l’enfant.

On essaye également d‘éviter le stress qui se répercute inévitablement sur votre enfant, faisant de nous-même une source de stress pour lui. N’oublions pas qu’ils adsorbent tout… Un stress important et répété peut perturber les apprentissages de l’enfant, détruire des neurones qui jouent un rôle important dans la mémoire, la gestion des émotions, la résilience et les capacités relationnelles.

Il est également important d’intégrer, d’utiliser dès le plus jeune âge de votre enfant le vocabulaire émotionnel afin qu’il puisse lui-même verbaliser l’émotion qu’il ressent. Cela ne passe pas toujours par les mots. D’autres supports peuvent permettre à des tout-petits ou à des enfants non verbaux de s’exprimer. Le jeu est toujours une excellente base d’échanges et de discussions. Si, en plus, ce jeu permet d’apprendre, en s’amusant, à écouter, à nommer et à se servir des émotions, c’est vraiment gagnant pour tout le monde !

Si nous savons utiliser nos émotions, si nous savons nous appuyer sur elles, elles peuvent guider très favorablement nos actions et nos décisions… notamment parce qu’elles nous rendent capable d’empathie.

Bienveillance et empathie

Quelles solutions pour identifier ses propres émotions et celles des autres ?

Les émotions dites primaires sont la peur, la joie, la tristesse et la colère. Ces émotions représentent des changements d’humeur soudains et temporaires en fonction d’un environnement extérieur ou de notre état intérieur. Cela varie en intensité : par exemple, la peur peut se manifester par une petite frayeur et aller jusqu’à la panique. La colère peut se manifester par un froncement de sourcils ou par des cris, la joie par des grands sourires et des yeux rieurs, et, au contraire, la tristesse par un visage fermé voire des larmes. Selon les personnes, le degré de l’émotion sera ressenti différemment. Pour les enfants aux besoins spécifiques ou ayant un trouble du spectre de l’autisme, les sentiments peuvent être exprimés de manière plus extrêmes. Ils peuvent avoir des fous rires soudains, des réactions de panique ou des colères importantes. Des solutions existent pour aider l’enfant dès son plus jeune âge à identifier ses propres émotions et celles des autres ce qui lui permettra d’entrer plus aisément en contact avec les autres, de bien s’entendre avec eux, de se faire des amis etc… C’est ce qu’on appelle les habiletés sociales et cela sert tout au long de la vie.

Nommer ses émotions

Marionnettes des émotions : 6 marionnettes appréciées des enfants pour travailler et développer la reconnaissance des émotions à travers des saynètes. Chaque émotion est représentée par une marionnette.

Balles émotions : sur chacune des balles est représentée une expression faciale explicite permettant de travailler la compréhension des émotions en intégrant un côté ludique avec la balle. Convient notamment aux enfants présentant des troubles autistiques ou rencontrant des difficultés pour l’expression des émotions.

Emotiblocks : des personnages composés de 18 pièces interchangeables qui permettent aux enfants de créer librement des personnages attachants : il y a plus de 100 combinaisons possibles ! il est un outil amusant pour aider les enfants à se familiariser avec les principales émotions.

>> Découvrir aussi : Le kit des émotions 

Quelles solutions pour comprendre ses émotions ?

Une fois que les tout-petits et les enfants ont appris à identifié les différentes émotions, il faut encore les accompagner pour qu’ils les comprennent, il faut encore les amener à les exprimer afin d’entretenir une communication correcte et éviter des désaccords. En effet, l’émotion que l’on croit que notre enfant ressent n’est pas forcement celle qu’il ressent vraiment. Il peut être agité par ennui alors que vous pensez qu’il l’est parce qu’il a sommeil. D’où l’importance pour le parent de pouvoir, lui aussi comprendre l’émotion de son enfant pour répondre à son besoin de la meilleure des façons, et l’aider à mettre du sens sur celle-ci. Votre enfant comprendra ainsi que son émotion est acceptable, quelle qu’elle soit.

L’enfant n’est pas forcement capable d’exprimer verbalement son émotion, c’est là tout l’intérêt des outils et des jeux éducatifs ! L’idée est de pouvoir leur offrir différentes manières de communiquer. Par exemple, en montrant son émotion sur une carte, une peluche, des pictogramme ou en la signant…

Émoticartes enfants : l’adulte accompagnateur aide l’enfant à trouver l’émotion désagréable ressentie et à choisir sa carte rouge « est-ce plutôt de la tristesse ou de la colère ? L’enfant a-t-il envie de crier ? De pleurer ?… On répond à quelques questions sur cette émotion : qu’est-ce que cette émotion ? À quoi sert-elle ? Comment se sent-on quand on la ressent ? L’enfant cherche dans les cartes jaunes l’émotion agréable ou le besoin à combler. Et de la même façon, on répond aux questions qui concernent cette émotion. Et on invite l’enfant à se souvenir de la dernière fois où il s’est senti comme cela. On utilise les cartes ressources bleues qui sont des expériences à reproduire pour se sentir mieux. Ces cartes sont des outils d’expression et de gestion des émotions issues de techniques aussi variées que la sophrologie, la pleine conscience, la psychologie positive ou encore la programmation neuro linguistique. En créant cet échange ludique, parents et enfant, ou thérapeute et enfant, bâtiront une spirale émotionnelle positive, dans un climat apaisé. Ce jeu permettra aux parents de mieux connaître leurs enfants à travers leurs émotions.

>> Lire aussi : Comprendre et maîtriser ses émotions avec les émoticartes

Quelles solutions pour utiliser ses émotions ?

Une fois qu’on arrive à nommer ses émotions, à les comprendre, mais également à comprendre celles des autres, on est en mesure de développer de l’empathie. Qu’est-ce que l’empathie ? C’est comprendre que les autres aussi ressentent des émotions, être capable d’en tenir compte dans ses propres comportements, ses attentes…

Il est important d’aider son enfant à construire et développer de l’empathie si nous voulons lui transmettre des valeurs d’ouverture, de tolérance, de respect. L’empathie apparaît chez les tout-petits vers la fin de la première année ; il est alors capable de reconnaître les émotions de l’autre en sachant  pourtant qu’il en est distinct. L’empathie cognitive, elle, apparaît plus tard vers l’âge de 4 ans quand l’enfant développe la capacité à se représenter l’état mental d’autrui : c’est le fait d’être capable de comprendre pourquoi l’autre ressent certaines émotions et dans quelles situations. Mais attention, c’est dans l’observation et l’expérience que l’empathie se développe, se cultive et devient une habitude.

Empathie

Poupée empathie – Naomi: lorsqu’on prend cette poupée dans les bras, on a l’impression de tenir un vrai bébé ! Les fesses lestées donnent une sensation de poids et le visage exprime sérénité, tranquillité et affection. Exceptionnelle pour développer le lien émotionnel. Anatomiquement correcte avec une poche secrète pour insérer un accessoire sensoriel.

Mets-toi à ma place : cet outil favorise la communication et développe la conscience émotionnelle de l’enfant. On invite l’enfant à observer les différentes situations, à se mettre à la place des personnages et décrire ce qu’ils ressentent. Ce très joli jeu encourage le développement d’aptitudes sociales telles que l’empathie, l’identification des émotions et aide à développer une conscience émotionnelle.

Mini loup vit un tourbillon d’émotions : destiné aux enfants , cet album illustré est un outil d’accompagnement amusant conçu pour aider les tout-petits à découvrir et à nommer sept émotions de base comme la joie, la peur, la tristesse, la fierté, la colère, la timidité ou encore l’excitation.

>> Lire aussi : Qu’est-ce-que l’hypersensibilité ?

Quelles solutions pour gérer ses émotions ?

Le fait d’identifier un état émotionnel, d’en comprendre la cause, va permettre à votre enfant de pouvoir gérer au mieux son émotion sans pour autant l’éviter, ce qui pourrait lui nuire.
Prenons l’exemple de la colère. Nous savons que nous ne pouvons totalement lutter contre l’apparition de cet état émotionnel. Ce qu’il faut c’est apprendre à l’exprimer, d’une manière non violente, acceptable et de façon constructive. Chez l’enfant, la colère est souvent l’expression d’une frustration, d’une blessure et non pas d’une volonté de vous tester ou de vous pousser à bout. Si l’on écoute la colère de son enfant (au même titre que la sienne) et qu’on lui reconnaît le droit d’éprouver ce sentiment (en disant par exemple « Je vois que tu es en colère » plutôt que « Ne te mets pas en colère »), il pourra alors la surmonter. Cela évitera de plus l’escalade qui, de la colère peut amener à la violence verbale ou physique, très nuisibles au développement de la confiance et l’estime de soi de votre enfant.

Poupées émotions

Avale-soucis : donner à l’enfant la possibilité d’exprimer un chagrin, c’est déjà reconnaître celui-ci. Une tristesse ? Une contrariété ? Une inquiétude ? On invite l’enfant à l’écrire ou la dessiner sur un petit papier et on enferme celui-ci dans l’Avale-souci. En rendant l’enfant acteur, en lui permettant de donner une réalité matérielle à son souci, on lui permet de s’en délester.

Poupée des émotions : une adorable poupée qui permet d’exprimer toutes les émotions en modifiant les expressions de son visage à l’aide de petits scratchs. Symbole intéressant : la peluche contient dans sa petite poche toutes les expressions. Une bonne manière de faire comprendre à l’enfant que chacun a, en soi, toute une gamme d’émotions et qu’il est normal de ressentir une telle plus vivement qu’une autre selon les moments. Un peu à l’instar du dessin animé Vice Versa.

>> Lire aussi : L’aider à gérer ses émotions 

En développant ainsi l’intelligence émotionnelle de votre enfant, dès le plus jeune âge à travers des jeux, mais aussi à travers une éducation bienveillante, vous lui permettrez de développer ses habiletés sociales, son empathie et de pouvoir trouver plus facilement sa place dans la société en tant qu’individu.

Sources :

https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-neurone-miroir-15890/.
https://apprendreaeduquer.fr/ce-que-nous-disent-les-etudes-en-neurosciences-affectives-et-sociales-au-sujet-du-cerveau-des-enfants/.

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.