Méline Dutriévoz-Boyer est éducatrice de jeunes enfants, directrice de crèche, formatrice petite enfance. Elle est aussi la présidente des Girafes Awards, trophées qui récompensent la créativité de professionnels de la petite enfance (et qu’elle avait, avant d’en présider le jury, remportés plusieurs fois). Elle est celle, qui, la première, a défini le concept de Slow pédagogie. Et elle est, enfin, l’auteure du livre Trésors ludiques dans lequel elle propose une compilation d’ateliers de découverte pour expérimenter et s’émerveiller simplement et profiter d’un moment de partage.

C’est l’un de ces ateliers que nous avons invité Méline à proposer sur notre page Facebook, le 4 juin dernier, afin de partager avec parents ou professionnels de la petite enfance ce super pouvoir pédagogique qu’elle tient de ses formations à Reggio Emilia en Italie et à Createctura en Espagne : la mise en scène pédagogique avec les bacs d’exploration.
Pour ceux qui n’auraient pas eu la chance d’y assister ou voudraient replonger dans ces univers, en voici un récapitulatif, avec les mots et les photos de Méline et le replay de la vidéo !

On a l’habitude de dire qu’il n’y a pas de recette toute faite pour s’occuper des jeunes enfants – et c’est vrai ! – mais il y quand même des petits ingrédients pédagogiques qui peuvent favoriser la réussite de nos propositions ludiques.

Et parmi ces ingrédients magiques : la mise en scène pédagogie ! 

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’une mise en place esthétique du matériel ludique. C’est une présentation sous forme d’univers par exemple la banquise, la ferme l’océan…
L’idée est de rassembler du matériel et des matières, de les mettre ensemble pour faire un tout harmonieux qui donne l’idée qu’on entre dans tel ou tel univers.

Sans doute vous est-il déjà arrivé de ne plus savoir que proposer à vos enfants malgré le fait qu’il y ait plein de choses à la maison. Ou que votre enfant vous dise s’ennuyer alors qu’il a beaucoup de choses à sa disposition. Il arrive fréquemment qu’un jouet au fond d’une caisse ne l’attire plus, ne lui donne plus envie d’aller vers lui. La mise en scène pédagogique va redonner un côté attrayant à ce matériel oublié. 

Comment ça marche, quel est le truc, pourquoi les enfants vont-ils être attirés parfois aimantés à une proposition bien présentée ?

On peut comparer cela à une belle assiette  servie au restaurant. Quand un plat est bien présenté, ça attire le regard, ça met l’eau à la bouche, ça donne l’envie irrésistible de la déguster, contrairement à un plat où on ne distingue pas trop les aliments. Là on retrouve vraiment cette idée du jouet perdu au fond d’une caisse, mélangé à un petit bazar qui fait qu’on n’a plus trop envie d’aller vers lui. Mais si on l’extrait du bazar et qu’on le présente bien, de nouveau on a envie d’aller vers lui !

Comme en cuisine le goût découle de la séduction visuelle.

Pour faire comprendre ce pouvoir de l’esthétisme, on peut aussi penser à une festivité : quand on organise une fête, un anniversaire, un mariage, on a à cœur que nos invités se réjouissent à l’avance de venir nous voir, alors on va apporter un grand soin à notre invitation. Et puis le jour J on a envie qu’ils se sentent bien, qu’ils restent le maximum de temps avec nous, alors on va accorder beaucoup d’importance à l’ambiance qui va entourer notre événement. Et bien la mise en scène pédagogique c’est un peu ce carton d’invitation que vous envoyez à l’enfant. C’est le visuel qui va l’attirer vers le jeu.

>> Lire aussi « Reggio, l’importance de l’environnement » 

Les bacs d’exploration

Il y a 4 ans, j’ai eu un coup de cœur pour le bac d’exploration que je trouve absolument fantastique pour proposer des univers aux enfants. Ils ont tout de parfait :

  • leur taille : ils permettent que jusqu’à 3  enfants puissent explorer un univers en même temps ;
  • leurs rebords : pas trop hauts pour les jeunes enfants ce qui leur permet vraiment des manipulations aisées et pas trop bas non plus pour éviter les débordements de matières ;
  • le plastique qui est très léger et se nettoie facilement au jet d’eau ;
  • le fait qu’ils puissent se ranger à la verticale ou même s’accrocher grâce aux petits trous derrière une porte.

Evidemment dehors les possibles sont toujours plus importants, mais il ne faut pas hésiter à les utiliser également en intérieur, car avec un bac il est facile de canaliser.

Le bac d’exploration : 91 x 91 cm pour créer tous les univers et s’amuser à inventer plein de scenario. En plastique. Rebord externe: 6 cm, rebord interne: 4 cm.
Existe aussi en version carrée 59 x 59 cm ou rectangulaire 79 x 40 cm

Support pour bac d’exploration : ajustable sur 3 hauteurs (46, 56, 66 cm) pour permettre une grande variété d’activités, seul ou en groupe, tout en s’adaptant aux différents utilisateurs. En métal résistant. Utilisation intérieur/extérieur. Revêtement base en plastique antidérapant.

Planches décor pour grand corail, savane, jardin, ferme, forêt : des décors à mettre au fond du grand bac pour stimuler l’imagination des enfants ! On peut le rendre plus réaliste en utilisant des feuillages, des fleurs ou des figurines animaux de la ferme.

3 exemples de mise en scène pédagogique

L’univers océan

De l’eau colorée, des petites figurines, quelques coquillages trouvés deci-delà et on obtient  un univers.
Pour le sable : on peut faire du sable de lune avec de l’huile et de la farine. Ou utiliser l’un des sables disponibles sur le site d’Hop’Toys.

Sable à modeler : ce sable légèrement humide est aussi manipulable qu’une pâte à modeler. Il associe le plaisir de manipuler le sable au potentiel créatif d’une pâte à modeler. Ne sèche jamais et réutilisable à volonté. Encourage les activités créatives et sociales en groupe. Existe en 6 couleurs. Conditionné en boite de 2,3 kg. Sans gluten. Dès 3 ans.

Sable kinetic : en mouvement, léger comme de la mie de pain, doux comme du duvet et constitué de 98% de sable naturel, ce sable a été modifié pour apporter une sensation tactile incroyable ! Le manipuler apporte une sensation de bien-être relaxante et peut être facilement modelé en différentes formes. Utilisation conseillée en intérieur. 1 Kg ou 2.5 Kg. Dès 3 ans.

L’univers de la mare aux grenouilles

Un univers un peu plus osé quand on n’est pas encore trop familier avec ce concept. On utilise du tapioca (les perles du Japon) qui donne une texture un peu gluante. C’est un peu quitte ou double, les enfants aiment ou n’aiment pas. C’est intéressant de proposer le tapioca sous des cuissons différentes.
Dans les tubes à essai, on pourra mettre les perles crues qui font penser aux têtards, plongés dans l’eau dans un bocal, elles deviennent de plus en plus visqueuses. En les faisant cuire, on obtient un aspect beaucoup plus gélatineux. On proposera aussi des petites pinces qui permettent d’aller attraper les grenouilles, une boule à thé, une loupe et plein de végétaux cueillis dans le jardin. 
Aucun matériel spécifique n’est indispensable. 

L’univers du chantier

des cailloux ramassés, des bouts de cornières de bois, des planches de bois qui s’imbriquent, des bouts de goulotte pour faire des tunnels, une descente pour imaginer des chantiers sur deux étages, le chargement de camion bennes, etc.

Livre Trésors ludiques et inspirations de bacs sensoriels

>> Voir aussi des idées d’utilisation du bac d’exploration

Comment faire chez vous ?

    • Pensez à un univers. Soit un univers qui vous plait, à vous en tant qu’adulte, soit un univers qui correspond à un intérêt particulier de votre enfant en ce moment.
    • Rassemblez du matériel. Faire des mises en scène pédagogiques ne nécessite pas forcément d’investir dans des objets sauf si vous pensez à un univers très particulier ou qu’il vous manque des figurines, mais c’est une activité qui peut être très simple, accessible à tout le monde. On pioche au fond des caisses, dans la cuisine, le garage…
      L’idée est d’associer ce que l’on a trouvé pour donner l’idée d’un univers spécifique.

Découvrir toutes les figurines Hop’Toys

Les 5 éléments clés pour réussir ses mises en scène pédagogiques :

1) La première – et certainement la plus importante : oser mettre du réel dans son univers !

À partir de 5 ans l’enfant parce qu’il acquiert une représentation mentale que se contenter le faux-semblant, les jeunes enfants, eux, ont vraiment besoin de réel pour investir un jeu et une proposition. Pour le tout-petit faire naviguer un bateau c’est vraiment le mettre sur l’eau donc il a vraiment besoin que vous mettiez de l’eau dans son univers. Il a besoin de manipuler le vrai pour investir sa proposition et donner de l’élan à son imagination. 

Le réel est vraiment très important pour les tout-petits.

2) Soigner l’esthétisme

Par esthétisme il ne faut pas entendre beau, cela serait bien trop  subjectif évidemment, mais clarté, lisibilité de la proposition, harmonie. Si c’est trop fouillis l’enfant ne va pas investir la proposition, donc il faut faire attention à ne pas surcharger celle-ci. On peut rechercher une harmonie de couleurs ou de matériaux.

 3) Autoriser le mélange de matériel

Mixez les univers ; l’enfant peut avoir besoin de ses figurines pour donner vie à son chantier, des wagons de son train pour transporter la paille jusqu’à la ferme. A nous adulte d’autoriser l’enfant à mélanger un peu ; il sera encore plus créatif si on lui donne cette possibilité.

4) Garder à l’esprit qu’il faut suggérer sans devancer l’enfant.

La présentation doit donner l’idée qu’on peut pêcher la grenouille avec un ustensile par exemple, mais elle doit aussi laisser la place aux idées des enfants c’est pourquoi il est important que tout ne soit pas utilisé, qu’il y ait de la réserve de matières, d’éléments, d’ustensiles… pour permettre à l’enfant d’ajouter des choses à son univers.

Nous sommes juste le tremplin à son imagination.

Ce que Méline aime le plus dans ce concept de mises en scène pédagogiques :

      • redonner de la valeur à du matériel qui n’en avait pas ou plus,
      • faire du nouveau avec de l’existant : on va utiliser le même matériel différemment ou dans des univers différents ; on va moins recourir à l’acte d’achat,
      • ce qui lui fait peut-être encore plus plaisir à voir que la joie des enfants à investir un univers, c’est la joie des adultes à le créer ! Quand il crée cela il exprime sa créativité. On n’a pas toujours besoin d’être manuel pour être créatif ! Déjà agencer des choses, les penser dans l’espace est la langage de la créativité. Du coup, on regarde différemment le jeu de l’enfant quand on a préparé cette mise en scène. De la même façon que quand vous avez passé du temps à mijoter un bon plat pour vos invités, vous allez regarder comment ils apprécient le plat que vous leur avez préparé et, si c’est une réussite, vous allez avoir envie de renouveler votre recette ! En installant cette mise en scène vous allez regarder de plus près comment les enfants investissent ce jeu et vous allez prendre goût à créer des univers. 

Voir la vidéo de l’atelier  

Retrouver les conseils et les créations de Méline sur :
>> son site  slow-pedagogie.fr
>> son compte Instagram 

Marianne est responsable de communication chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog. Passée par l'édition, la médiation culturelle et l'enseignement, elle aime tout particulièrement aborder des sujets pédagogiques, culturels et d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.