2020 se termine (Enfin ! diront certains.) Il est grand temps de regarder du côté de 2021 ce que cette nouvelle année réserve de bien… du côté des projets faisant avancer l’inclusion notamment ! Et à cet égard, nous avions envie de vous présenter le projet de crèches innovantes développé par l’association Ebullescence : Les Bullotins. Un réseau de crèches inédit en France puisqu’il accueillera des enfants de 18 mois à 6 ans, dont certains présentant des troubles du neuro-développement. Leur objectif ? Préparer au mieux ces enfants à leur inclusion en école maternelle. Aliénor de La Taille, psychologue clinicienne et Virginie Boustouller, art-thérapeute, les deux fondatrices des Bullotins nous présentent ici leur démarche.

D’Ebullescence aux Bullotins

Psychologue clinicienne, travaillant depuis dix ans au sein de la petite enfance et des troubles du neuro-développement dont les TSA, Aliénor de La Taille avait pratiqué selon diverses méthodes avant de co-créer avec Virginie Boustouller, l’association Ebullescence, puis Les Bullotins.

L’association Ebullescence est ainsi née de la volonté d’innover dans la sphère des troubles du neuro-développement (TND) et notamment de l’autisme. Toutes les actions de l’association s’articulent ainsi autour de l’approche qu’elle a développée : le programme DAISEE (programme Développemental d’Accompagnement par l’Imitation et le Sensoriel, pour l’Éveil et l’Échange). Il s’agit un programme développemental basé sur le concept de transdisciplinarité et construit autour d’un socle commun : le jeu et l’imitation.

Depuis 2015, l’association Ebullescence poursuit les trois missions principales qu’elle s’est fixée :

  • Accompagner les jeunes enfants présentant des TND via les crèches inclusives Les Bullotins, et apporter du soutien à leur famille, notamment à travers des ateliers fratries et de guidance parentale.
  • Sensibiliser et former les aidants et les professionnels de la santé, de l’éducation ou de la petite enfance aux TND et à son programme à travers des modules de formation théoriques et pratiques.
  • Contribuer à l’avancée de la recherche scientifique. L’impact du programme DAISEE sur la sévérité des troubles neuro-développementaux et sur l’évolution du développement sera ainsi évalué par l’Institut de Psychologie de l’Université de Paris.

Pourquoi vouloir ouvrir une structure ?

De nombreuses raisons ont poussé Aliénor et Virginie à vouloir ouvrir une structure !

  • Offrir des places d’accueil supplémentaires face au manque cruel de places dans des structures adaptées.  Les familles doivent se sentir soutenues et incluses dans la société au lieu d’être obligées de chercher des solutions dans les pays frontaliers…
  • Rassembler le meilleur des prises en charge existantes en intégrant dans un même lieu une équipe autour d’un même programme et d’un socle commun.
  • Réduire de façon conséquente le coût de la prise en charge pour l’Etat et pour les familles.
  • Faire avancer la recherche en innovant sans cesse.
  • Améliorer la situation en créant un vrai projet social, solidaire, humanitaire d’utilité publique.
  • Offrir de l’espoir aux enfants, aux familles.
  • Former pour aider la société à être plus accueillante et tolérante envers la différence.

L’inclusion se prépare…

Des crèches pensées et adaptées pour accueillir tout type d’enfants et en particulier des enfants présentant des troubles du neuro-développement  – principalement autisme, troubles moteurs ou du langage, c’est ce qu’ont voulu fonder Aliénor de La Taille et Virgine Boustouller, art-thérapeute, en créant Les Bullotins.

Ces professionnelles de terrain avaient en effet constaté que les enfants qu’elles accompagnaient étaient dépistés de plus en plus jeunes.

« Mais une fois le dépistage effectué, les familles ont souvent du mal à trouver un mode d’accueil adapté et ont en général un temps partiel en crèche et des consultations multiples en cabinet libéral. Le suivi est alors morcelé, peu intensif et l’arrivée à l’école peut être très compliquée, explique Aliénor. Avec le réseau des Bullotins, qui accueillera des enfants de 18 mois à 6 ans, on souhaite leur proposer un accompagnement ajusté à leurs particularités ».

Autisme : Le modèle de Denver

Accompagner le plus tôt possible

Le principe du projet est d’accompagner ces enfants le plus tôt possible, afin que l’inclusion à l’école maternelle soit plus fluide et sereine.

« Nous sommes un tremplin vers l’inclusion en milieu ordinaire » souligne Virginie Boustouller. « Le but est de permettre aux enfants de retrouver un développement plus harmonieux, de mieux gérer leur communication et leurs émotions. Pour cela, ils doivent pouvoir comprendre les consignes, avoir la capacité de supporter le bruit environnant, les stimuli visuels, pour une meilleure concentration et sensation de bien-être. Le fait d’être respectés dans leur rythme et de se sentir compris favorise la confiance et la relation ».

Inclusions VS intégration

L’inclusion est bien sûr l’objectif, mais selon Aliénor : « pour un enfant qui n’y est pas préparé, ce n’est pas bon, et cela peut engendrer d’autres problèmes à l’avenir. De plus, il y a trop souvent une confusion entre l’intégration et l’inclusion. De ce fait, la majorité des structures sont intégratives et non pas inclusives, d’où la nécessité de bien préparer les choses en amont ».

>> Lire aussi : Intervention précoce chez le tout-petit avec autisme

L’innovation au service de la sensorialité

Pour certains enfants, ce tremplin sera de courte durée car ils auront moins de difficultés que d’autres. Le fait d’accompagner un enfant dès le plus jeune âge peut permettre de résorber certains de ces troubles.

« Attention, précise Aliénor, chaque enfant garde ses particularités qui sont pour certaines de beaux atouts, mais pour pouvoir les utiliser, il faut que les troubles s’amenuisent, que le développement se rééquilibre. » Les crèches Les Bullotins proposent ainsi un matériel adapté et un environnement harmonieux (couleurs pastels évitant les forts contrastes visuels, lumières sur variateur, acoustique renforcée, décoration épurée) qui favorisent la détente, le bien-être et la concentration. L’équipe accueillante est renforcée et composée d’une directrice infirmière-puéricultrice, d’un médecin, d’auxiliaires de puériculture, EJE, psychomotriciennes, psychologues, art-thérapeutes, orthophoniste, ostéopathe, référente apprentissages.

19 enfants sont accueillis dans 450m² ce qui permet, en plus de la salle d’éveil et des salles de repos comme dans toute crèche, d’avoir des salles spécifiques ; une salle :

  • d’art-thérapie,

  • de psychomotricité,

  • d’apprentissages Montessori,

  • et un espace Snoezelen, la sensorialité étant l’un des points-clés de l’accompagnement.

>> Voir aussi Petite enfance les 7 clés pour mettre en place un espace multisensoriel 

La pédagogie mise en place sera avant tout axée sur le développement global de l’enfant. Chaque enfant accueilli aura sa propre grille de développement, ce qui permettra à l’équipe et aux parents de suivre précisément sa progression. Au-delà de 3 ans, les enfants qui ne seraient pas en mesure d’être inclus en maternelle à temps plein, seront accueillis jusqu’à l’âge de 6 ans, avec des passerelles à l’école. En parallèle, ils bénéficieront d’un apprentissage basé sur les pédagogies alternatives – Montessori, planète des Alphas, LearnEnjoy© sur tablette – avec un référent, pour renforcer ce qui est proposé à l’école. Ainsi tout est mis en œuvre pour permettre à l’enfant d’évoluer dans un cadre adapté et rassurant.

Professionnels et parents au cœur du projet pédagogique

Le programme DAISEE

Tout comme les professionnels, les parents sont formés au programme DAISEE (programme Développemental d’Accompagnement par l’Imitation et le Sensoriel, pour l’Éveil et l’Échange) et adoptent la même attitude vis-à-vis de l’enfant. Celui-ci vise à permettre aux professionnels un travail de transdisciplinarité, autour d’un socle commun : le jeu et l’imitation.

Un point singulier mais important pour les fondatrices : « un socle d’interaction commun à tous permet de faire le lien entre la crèche et la maison et donne du sens et des repères à l’enfant. Par ailleurs, le fait que tous les professionnels travaillent sur des objectifs communs pour un même enfant sur la même période permet de meilleurs résultats et une généralisation plus rapide des acquis. Une posture qui passe principalement par le jeu et l’imitation et qui va l’aider à grandir. Plus il se sentira à l’aise et en confiance, moins il en aura besoin. « Lorsque l’enfant sera prêt à aller à l’école, les différences de comportements ne seront plus un problème car il sera à même de les comprendre et donc de les accepter » explique Virginie.

Les Bullotins produits Hop'Toys

Étude scientifique sur le programme DAISEE

En parallèle, une étude scientifique en partenariat avec l’Institut de Psychologie de l’Université de Paris est menée en lien avec la première crèche afin d’évaluer l’impact du programme DAISEE sur le développement des enfants.

La première crèche « Les Bullotins » ouvrira en janvier à la Garenne-Colombes dans les Hauts-de-Seine (92). Sans doute la première d’un longue réseau dont nous espérons qu’il permettra au maximum d’enfants présentant !

>> Obtenir des renseignements complémentaires sur Les Bullotins et être recontacté ou contact@bullotins.com

Avec elles, cultivons la différence !


Virginie Boustouller, art-thérapeute.
Avec une expertise croisée du handicap et de l’art-thérapie moderne, mon axe de travail consiste à développer la communication verbale via la musicothérapie et la danse-thérapie. Spécialisée depuis huit ans dans la prise en charge des enfants avec Troubles du Spectre Autistique (TSA) et partisane d’une inclusion réussie en milieu ordinaire, j’ai co-fondé Ebullescence puis Les Bullotins afin d’apporter une réponse à l’accompagnement précoce et l’accueil adaptés aux jeunes enfants avec Troubles du Neuro-Développement (TND).

 

Aliénor de La Taille, psychologue clinicienne, praticienne RMT.
Travaillant depuis dix ans au sein de la petite enfance et des troubles du neuro-développement dont les TSA, j’ai travaillé selon diverses méthodes avant de co-créer Ebullescence, puis Les Bullotins pour innover dans les TND. Axée sur les techniques psychocorporelles, je me suis formée à l’intégration des réflexes archaïques (RMT) et à l’intégration sensorielle.

Marianne est responsable de communication chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog. Passée par l'édition, la médiation culturelle et l'enseignement, elle aime tout particulièrement aborder des sujets pédagogiques, culturels et d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.