Il y a peu de temps encore, les enseignants et les parents étaient focalisés sur les compétences essentielles pour acquérir ce qu’on appelle les fondamentaux (lecture, écriture et mathématiques) qui assureraient à leurs enfants les bases pour réussir dans les classes supérieures mais aussi dans la vie. Préparer un enfant au monde qui n’existe pas encore n’est pas une tâche facile pour un enseignant ou un parent. Aujourd’hui, nous sommes plongés dans un éventail impressionnant d’activités parascolaires, de théories de l’intelligence, de courants éducatifs et de pédagogies alternatives pour développer toujours plus les compétences de nos enfants. Mais quelles sont les compétences avec lesquelles nous devrions les équiper pour qu’ils puissent s’épanouir et contribuer à la construction d’une nouvelle société ?

Les compétences nécessaires pour réussir ont changé, bien plus qu’au cours de la dernière décennie. Préparer un enfant au monde qui n’existe pas encore n’est pas une tâche facile pour un enseignant ou un parent. Alors qu’en Europe, ce sujet est souvent réservé aux spécialistes, ailleurs dans le monde, des milliers d’écoles ont déjà adapté leurs modèles pour enseigner ces nouvelles compétences. En France, seule 1 personne sur 10 000 a entendu parler de «compétences du 21e siècle», contre 1 personne sur 10 aux États-Unis.

Les programmes actuels ne préparent pas pleinement les étudiants à vivre et à travailler dans une société à l’ère de l’information. De ce fait, les employeurs d’aujourd’hui ont souvent des difficultés à trouver des personnes ayant les compétences pratiques nécessaires pour créer, développer et aider à pérenniser une entreprise riche en informations. Bien que la lecture, l’écriture, les mathématiques et les sciences soient la pierre angulaire de l’éducation d’aujourd’hui, les programmes doivent inclure davantage de compétences telles que la collaboration et les compétences numérique qui prépareront les étudiants à un emploi du 21e siècle. L’établissement de nouvelles formes d’évaluation peut constituer un changement fondamental dans la manière dont nous abordons l’éducation dans le monde.

Mais d’abord, que sont ces compétences du 21e siècle ?

Éducation : Les compétences du 21 ème siècle pour les enfants

Les compétences du 21e siècle, qu’est-ce que cela veut dire ?

L’émergence de la notion de compétences du 21e siècle remonte à plus de deux décennies, lorsque les décideurs, les chefs d’entreprise et les experts en éducation ont lancé la même alerte : se focaliser sur les techniques d’apprentissage d’hier, comme le « par cœur », ne prépare en rien les élèves au changement rapide de notre monde, de notre société de plus en plus automatisée et saturée d’informations. Nos enfants devront survivre et s’épanouir dans un environnement mondial de plus en plus concurrentiel, tout en étant capables de collaborer avec d’autres personnes du monde entier. La créativité et l’innovation seront très prisées tant pour le développement de technologies et de nouveaux médias que pour la résolution de problèmes avec des ressources plus limitées.  Une question s’est alors posée : comment préparer nos enfants aux emplois du futur ?

Tony Wagner, chercheur à l’université de Harvard : 

Le monde ne se soucie plus seulement de ce que vous savez ; tout ce qui compte, c’est ce que vous pouvez faire avec ce que vous savez.

Quelles sont ces compétences ?

Les compétences du 21e siècle sont des compétences dont les élèves ont besoin pour réussir aujourd’hui. Elles sont classifiées ainsi :

  • Compétences d’apprentissage et d’innovation : créativité et innovation, pensée critique et résolution de problèmes, communication et collaboration
  • Compétences en information, média et technologie : capacité informationnelle, médiatique et informatique
  • Aptitudes à la vie et à la carrière : flexibilité et adaptabilité, initiative et autonomie, sociabilité et compétence interculturelle, productivité, leadership et responsabilité

Bien que toutes ces compétences jouent un rôle important, quatre d’entre elles sont essentielles au succès individuel. Ce sont ce qu’on appelle les « 4C », les compétences cognitives qui facilitent la résolution de problèmes complexes : la créativité, la pensée critique, la collaboration et la communication. Celles-ci doivent être construites sur la base des fondamentaux (lecture, écriture et mathématiques) et explorer les thèmes du 21e siècle.

>> À lire : L’école inclusive, la coopération 

Compétences du 21e siècle

Pourquoi les enfants ont-ils besoin de ces nouvelles compétences ?

Les compétences du 21e siècle représentent un type d’aptitudes qui n’est pas traditionnellement lié aux normes et aux compétences sur lesquelles les élèves sont évalués. Aucun élève dans l’histoire de l’école ne ressemble à l’élève d’aujourd’hui. Il s’agit d’un individu complexe, énergique et féru de technologie. Les enfants veulent être stimulés et inspirés dans leur apprentissage. Ils veulent collaborer et travailler les uns avec les autres. Ils veulent intégrer autant que possible la technologie, qu’ils aiment, dans leurs expériences en classe. En bref, ils ont autant d’attentes à l’égard de leurs enseignants que ceux-ci en ont pour eux.

À mesure que le monde se complexifie et évolue (de plus en plus rapidement), la pensée critique aidera les enfants à se concentrer, à interroger et, plus important encore, à interpréter leur monde. Si nous associons cela à la créativité, les enfants disposeront des bons outils pour rester toujours pertinents. Avec de bonnes compétences en communication, les enfants pourront exprimer clairement leurs idées. Ces compétences sont importantes et peuvent aider nos enfants à naviguer dans le monde, en ligne et hors ligne, de manière sûre et responsable.

Désormais la lecture, l’écriture et les mathématiques ne sont plus les seules compétences essentielles à fournir comme bases à tous les élèves.

>> À lire : 10 jeux pour développer l’empathie

Comment enseigner ces compétences essentielles  ?

Les compétences du 21e siècle sont des compétences comportementales dont l’enfant aura besoin pour naviguer dans le monde de demain. Apprenez maintenant ces compétences à vos enfants et vos élèves pour qu’ils puissent naviguer sans heurts dans leur avenir :

Rester centré sur l’enfant

Cherchez des occasions de vous concentrer sur les intérêts de l’enfant. S’il regarde et montre de l’intérêt pour un avion au-dessus de lui, saisissez l’occasion pour explorer le vol, fabriquer des avions en papier et les faire voler. Les enfants sont plus susceptibles de participer à des activités dirigées par des enfants et de se concentrer sur celles-ci plutôt que de recevoir des instructions directes.

Favoriser l’estime de soi

Donnez aux enfants des occasions pour qu’ils puissent développer des compétences autres que les fondamentaux. Encouragez-les pour renforcer le développement socio-affectif et favoriser l’estime de soi.

Encourager le jeu

Encouragez tous les types de jeu, notamment dans l’environnement d’apprentissage : jeu constructif, créatif, physique, coopératif…

Favoriser la coopération

Donnez la possibilité aux enfants de jouer et d’interagir les uns avec les autres : jeux de marionnettes, jeux fondés sur des règles, etc. Vous pouvez faire des activités où les enfants ont la possibilité de résoudre des problèmes et d’innover ensemble !

Rester connecté !

Faites des connexions entre ce qu’il se passe en ligne et IRL (« In real life », dans la vraie vie) ! Donnez aux enfants la possibilité d’explorer et de tester leurs compétences en ligne sur des sites ludo-éducatifs qui leur permettront d’apprendre à leur rythme. Vous pouvez lier ce qui est appris en ligne avec des activités ludiques réalisées à la maison ou en classe.

Les compétences du 21ème siècle et les enfants

Leur apprendre la flexibilité

Si les enfants qui jouent à un jeu ne veulent pas s’arrêter alors qu’il est temps de lire une histoire, demandez-leur de parler de ce jeu ou de trouver une histoire qui se connecte à ce jeu.

Utiliser des approches différentes pour chaque enfant

Chaque enfant a sa façon d’apprendre. Certains enfants sont très actifs alors que d’autres préfèrent un rythme plus calme. Par exemple, pour apprendre aux enfants à compter, demandez-leur de chanter des chiffres, fournissez-leur du matériel issu de la méthode Singapour, demandez-leur de compter lorsqu’ils jouent ou incluez les chiffres dans le cadre d’une histoire que vous leur avez lue. Cette approche offre aux enfants de multiples options pour assimiler les informations.

À l’école, évaluer autrement

Observez les enfants pendant qu’ils jouent. Quelles compétences ont-ils développées et que commencent-ils tout juste à apprendre? Utilisez ces informations en continu pour ajuster les activités et l’environnement d’apprentissage afin de vous appuyer sur ce qu’ils savent et introduire ensuite de nouveaux concepts.

L’aider à s’organiser

Créez des routines pour aider les enfants à se sentir en sécurité, en leur donnant la confiance et la liberté d’explorer leur environnement librement. Ainsi, l’enfant va pouvoir développer ses fonctions exécutives : la planification, l’organisation et l’autorégulation.

Combiner les différents domaines d’apprentissages

Proposez aux enfants différentes expériences d’apprentissage qui pourront leur permettre de développer les fameux « 4C » (la créativité, la pensée critique, la collaboration et la communication) tout en développant la compréhension et la connaissance profonde. Cette approche peut être réalisée en lisant une histoire, au cours d’un débat ou d’une expérience scientifique.

Et vous, connaissiez-vous les compétences du 21e siècle ? Comment vous appuieriez-vous sur ces nouvelles aptitudes pour conduire à un apprentissage plus approfondi pour tous les élèves ?

Caroline est content manager chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction d'article et traite des sujets d'actualité.

1 Commentaire

  • Pr S. Feye dit :

    Je ne puis qu’applaudir tous les efforts pour améliorer la pédagogie et l’intérêt des enfants. Mais très souvent, on oublie l’essentiel : la matière transmise. cette transmission oubliée risque de diminuer énormément la qualité des nos futurs adultes. Je crois qu’il faut réinstaurer des hiérarchies. Personnellement j’ai sauvé les anciennes humanités greco-latines de la disparition. Depuis 25 ans, à la Schola Nova en Belgique, nos élèves y parlent le latin, langue de l’Europe donnant accès à 80% de la littérature de l’Occident. Cela n’empêche pas notre pédagogie alternative d’être à la pointe de tout ce qui se fait actuellement.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.