Aujourd’hui, c’est la journée nationale de l’hypersensibilité ! Magali Scemama, coach spécialisée dans l’accompagnement des parents d’enfants TDAH (troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) et maman de 3 enfants extra-ordinaires de 20, 17 et 11 ans, tous trois diagnostiqués TDAH,  vous parle aujourd’hui de l’hypersensibilité des personnes avec TDAH. Un sujet qui lui tient particulièrement à cœur.

Qu’est-ce que l’hypersensibilité ?

L’hypersensibilité représente une sensibilité plus forte que la moyenne aux impressions et aux stimuli du monde extérieur. C’est un trait de caractère inné. Elle se manifeste par une sensibilité extrême au monde qui nous entoure, qui peut conduire à une amplification des ressentis et de leurs conséquences. L’hypersensibilité se retrouve chez 10 à 20 % de la population et bien plus encore chez les personnes TDAH, quel que soit leur âge. Déjà très jeunes, les enfants hypersensibles peuvent se plaindre de stimuli sensoriels qui paraissent anodins pour les autres.

Les différentes sortes d’hypersensibilités

Tous comme il existe 5 sens, il existe 5 sortes d’hypersensibilités sensorielles :

L’hypersensibilité visuelle

Les enfants qui ont une hypersensibilité visuelle sont sensibles au moindre détail, qui est souvent perçu avant la globalité. Ils perçoivent des choses que personne ne remarque. Les lumières trop vives ou très fortes peuvent souvent les déranger. Et, les images violentes sont difficilement supportables chez certains.

>> À lire aussi : « Conseils pour appréhender son hypersensibilité »

L’hypersensibilité auditive

L’audition d’un enfant qui développe une hypersensibilité auditive sera anormalement sensible. Des sons supportables pour les autres, lui paraitront affreusement forts comme des films trop bruyants au cinéma par exemple. De plus, il pourra entendre plusieurs sons simultanément comme la télévision, suivre une conversation…

L’hypersensibilité gustative

Il s’agit d’une sensibilité plus importante que la moyenne au goût et parfois aux textures. L’enfant qui est sujet à cette hypersensibilité aura tendance à être sélectif avec la nourriture et à « trier » ses repas. Son entourage dira qu’il est « exigeant et difficile » avec la nourriture.

Hypersensibilité olfactive

>> À lire aussi : « La boîte mystère : apprends-moi à toucher ».

L’hypersensibilité olfactive

Cette hypersensibilité va souvent de pair avec le goût. Les enfants ou les adultes qui ont une hypersensibilité aux odeurs supportent difficilement les odeurs trop fortes. Ils ont un odorat plus développé que la moyenne. Les odeurs désagréables peuvent vraiment les incommoder.

L’hypersensibilité tactile

Elle fait référence aux enfants qui sont très sensibles au toucher. Ces enfants n’aiment pas trop être touchés ou serrés trop fort. Ils peuvent être très sensibles à la douleur par exemple ou ne pas supporter l’eau sur les yeux pendant le bain ou encore une étiquette qui gratte sur un vêtement.

>> À lire aussi : « Qu’est-ce que l’hypersensibilité ? »

Mais l’hypersensibilité ne se limite pas aux sens, elle peut être aussi émotionnelle ou mentale.

L’hypersensibilité émotionnelle

Les enfants hypersensibles émotionnels peuvent être perturbés par les humeurs des autres. Ils sont très vite émus et touchés. À la moindre contrariété, ils ont du mal à contenir leurs émotions et sont souvent très empathiques.

L’hypersensibilité mentale (synesthésie)

L’hypersensibilité mentale, appelée scientifiquement la synesthésie, correspond à la capacité de certains individus d’associer plusieurs sens face à un même stimulus. Par exemple, lorsqu’ils entendent un son, ils voient en même temps une forme, une lettre ou une couleur. Cette hypersensibilité se caractérise par le fait de penser souvent en images alors que la plupart des gens pensent de manière verbale. À titre de comparaison, un penseur verbal génère 2 mots par seconde tandis qu’un penseur imaginatif génère 32 images par seconde. C’est en fait une activation croisée des sens dans le cerveau. Ces enfants ou ces adultes peuvent par exemple voir des mots en couleur ou des chiffres en relief.

L’enfant TDAH face à l’hypersensibilité

Le TDAH et ses caractéristiques

Le TDAH est un trouble qui combine trois caractéristiques principales : l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité. Il nous est nécessaire au quotidien de prendre du recul avant d’agir ou de parler, car cela permet de gérer ses émotions. Mais le TDAH affecte la façon dont le cerveau des enfants module leurs gestes et leurs idées. La gestion de leurs émotions et la régulation de leur frustration deviennent alors difficiles. Le temps de réflexion est donc raccourci chez ces enfants d’où une impulsivité et une hyper réactivité émotionnelle.

Les enfants TDAH sont très souvent beaucoup plus sensibles que la moyenne. Le fait est que chez eux, les émotions, qu’elles soient négatives ou positives, sont ressenties de manière plus intense. Il faut savoir que l’hyperactivité ne se manifeste pas toujours à l’extérieur. Il se peut qu’un enfant souffrant de TDAH paraisse calme d’apparence, mais en réalité bouillonne à l’intérieur. Tout ce qui est vécu dans la journée est souvent ressassé, les rejets en particulier. Cette hypersensibilité peut provoquer de l’agitation et empêcher de se concentrer. En effet, l’enfant, focalisé sur ses émotions, ne parvient plus à penser à autre chose.

>> À lire aussi : « TDAH et gestion des émotions ».

Les 3 particularités de l’enfant TDAH

Une grande sensibilité aux atmosphères

L’enfant TDAH est très sensible aux atmosphères et à l’environnement qui l’entoure. Il a souvent une intuition très développée et est sensible aux atmosphères positives et rassurantes.

Une grande sensibilité aux émotions qu’il ressent

Qu’elles soient positives ou négatives, l’enfant TDAH a tendance à se laisser submerger par les émotions qu’il ressent.

Des frontières interpersonnelles trop souples

L’enfant TDAH peut avoir du mal à faire la différence entre ce qui lui appartient et ce qui appartient à l’autre comme les besoins, les sentiments, l’espace. On verra souvent des enfants TDAH très tactiles qui envahissent l’espace vital de leurs amis, sans s’en rendre compte.

>> À lire aussi : « Troubles DYS/TDAH : les comprendre, les accompagner ».

TDAH : Le bonhomme « émotion » pour aider à se recentrer

Caractéristiques du bonhomme « émotion »

Son caractère

Ce bonhomme « émotion » a les mêmes caractéristiques que l’enfant TDAH :

  • Il est comme lui, doté d’une grande sensibilité.
  • Le bonhomme « émotion » peut par moment être déconcentré par les émotions qu’il ressent.
  • Il doit donc apprendre à maitriser sa tendance à tout percevoir.

Son portrait physique et ses 7 points d’ancrage

  • La pointe de son chapeau symbolise les perceptions et les sensations.
  • Les épaules représentent la place que chaque personne doit occuper, pour bien se sentir.
  • Le centre du corps symbolise « mon centre », c’est-à-dire ce que je veux, ce que j’aime…
  • Le cœur représente l’importance de bien comprendre ses émotions pour parvenir à mieux les gérer.
  • Les yeux symbolisent la vision à long terme le fait de prendre du recul pour réfléchir avant d’agir.
  • Les pieds représentent l’importance de l’ancrage dans sa vie.
  • La bouche symbolise l’importance de la communication pour exprimer ses émotions et ses besoins.

Comment utiliser le bonhomme « émotion » avec l’enfant TDAH

Lorsque je reçois les parents pour de la guidance comme le PEHP BARKLEY, j’en profite pour leur expliquer cette technique que je trouve très intéressante. Il arrive que l’enfant soit contrarié ou fatigué après sa journée d’école. Cette fatigue ou cette contrariété peut se manifester par de l’agitation ou de la dispersion, car l’enfant ne parvient pas à identifier ses émotions. On peut lui demander de se mettre debout comme le bonhomme « émotion » et passer en revue ses 7 points d’ancrage. Cela lui permettra de se recentrer et se calmer avant de parler de la situation qui a causé cette agitation. Ainsi, il se sentira plus apte à gérer ce qui lui pose problème et apprendra à mieux connaître la façon dont il fonctionne.

Téléchargez et partagez notre infographie !

Je suis hypersensible


je suis hypersensible

 

1 x A4 en pdf

En conclusion, je dirais que les enfants et les adultes hypersensibles sont souvent considérés par l’entourage comme des personnes à « fleur de peau ». On ne peut pas changer l’hypersensibilité, mais on peut apprendre à vivre avec. Mieux se connaitre permet de respecter ses besoins et ses limites. La bonne nouvelle est que l’hypersensibilité permettrait d’avoir non seulement une intuition très développée, mais aussi une grande empathie.

Découvrez notre sélection hypersensibilité.


Magali est coach spécialisée dans l’accompagnement des parents d’enfants TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité). Elle a commencé par suivre une formation générale de coaching à l’INA (Institut des Neurosciences Appliquées). Cette certification lui a permis de se familiariser avec l’univers du coaching des particuliers en développement personnel. Par la suite et pour se spécialiser dans la guidance parentale, car c’était le projet qui lui tenait à cœur depuis longtemps, elle a suivi une formation « Programme d’Entrainement aux Habiletés Parentales Méthode Barkley » (Neurodiff) et de nombreuses formations en ligne sur le TDAH.
Toutes ces formations théoriques viennent compléter l’expérience pratique qu’a Magali dans la gestion de ce trouble, étant elle-même, mère de 3 enfants TDAH.

Vous trouverez plus d’informations sur son site web : www.tdah-cie.com.

Son Instagram : @tdah_et_cie  // Son Pinterest 
Sa page Facebook : tdahetcie75
Son LinkedIn : Magali Scemama

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.