Actualités

Publié le 02 janvier 2018 / par Julien / Temps de lecture estimé 12 min.

0

Psychomotricien : ce qu’il ne fallait pas louper en 2017

Tout au long de l’année Hop’Toys propose des solutions expertes pour les psychomotriciens. Nous avons à cœur de vous proposer toujours plus d’articles, d’idées d’activités, de conseils adaptés à votre métier vous permettant d’utiliser au mieux nos outils pendant vos séances. Dans cet article vous trouverez le top 5 des articles de blog qu’il ne fallait pas rater en 2017 concernant les psychomotriciens !

1. Les troubles de la modulation sensorielle

Nous donnons la parole à Charlotte, de Psychomotricienne, qui décrypte chaque semaine à travers différents articles et photos son fabuleux métier sur Facebook et Instagram. Les troubles de la modulation sensorielle, qu’est ce que c’est ? Qui est touché ? Quelle prise en charge pour l’enfant ? Elle répond à toutes ces questions…

Les troubles de la modulation sensorielle

Les troubles de la modulation sensorielle (dit aussi troubles de l’intégration sensorielle) correspondent à des difficultés de traitement de l’information sensorielle qui arrive jusqu’au cerveau. Cela peut s’exprimer par une hypersensibilité, c’est-à- dire que très peu de stimulations suffisent à activer les seuils neurologiques de la personne et ainsi à déclencher une réponse si besoin ; ou bien par une hyposensibilité, correspondant à des seuils neurologiques hauts qui nécessitent un niveau de stimulation important pour déclencher une réponse.

Beaucoup d’enfants atteints de troubles du spectre autistique présentent des troubles de la modulation sensorielle, mais cela peut toucher les enfants ou adultes présentant des troubles des apprentissages, certains syndromes génétiques, troubles relationnels, haut potentiel ou déficience intellectuelle également. Ces troubles de l’intégration sensorielle peuvent générer des troubles du comportement, un évitement de certains aspects de l’environnement, un isolement social ou des rigidités comportementales excessives. Cela peut limiter l’accès de l’enfant aux apprentissages sociaux ou scolaires et altérer le développement psychomoteur. C’est pourquoi le psychomotricien est l’un des professionnels de rééducation inclus dans la boucle de soin des troubles de l’intégration sensorielle.

En début de prise en charge psychomotrice concernant les troubles de la modulation sensorielle, il est important d’évaluer le profil sensoriel de l’enfant concerné (testé par le profil sensoriel de Dunn à remplir par le professionnel ou les parents) afin d’établir les domaines touchés : le sens visuel, tactile, vestibulaire, auditif, gustatif, proprioceptif et/ou olfactif. L’objectif de prise en charge est ensuite de partir du niveau sensoriel de l’enfant et de l’aider très progressivement à modifier son traitement de l’information. Si l’enfant présente une hypersensibilité sensorielle, il va falloir travailler dans le sens d’une désensibilisation (partir d’un niveau bas de stimulations et augmenter les stimuli, que ce soit en durée, en fréquence, en intensité ou en modalité), tandis que si l’enfant présente une hyposensibilité, il faut travailler dans le sens d’une habituation des stimuli (partir d’un niveau haut de stimulations et les diminuer peu à peu jusqu’à obtenir la même réponse de la part de l’enfant).

troubles_modulation_sensorielle

Cliquer sur l’infographie pour la télécharger

lire la suite de l’article

2.Tout savoir sur les études de « psychomot »

Le 19 septembre, nous avons demandé à Zara Lassalette, étudiante en 2e année à l’ISRP (Institut Supérieur de Rééducation Psychomotrice) de Marseille, vice-Présidente en charge de la solidarité à l’international à l’ANEP (Association Nationale des Etudiants en Psychomotricité) de nous parler de la formation et des projets fous dans lesquels s’investissent les 2500 étudiants français en psychomotricité.
Témoignage passionné d’une future (super) psychomotricienne !

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez souhaité devenir psychomotricienne et nous présenter votre parcours ?

Le choix des études en psychomotricité a été comme une évidence. Je suis passionnée depuis toujours par le fait de « comprendre ». Comprendre le monde, les autres, les relations qui nous lient, ce qui nous fait grandir. J’ai besoin de sens dans mon quotidien, je voulais absolument exercer un métier qui servirait à quelque chose, qui servirait aux autres, tout en gardant cet aspect purement scientifique que je trouve passionnant.  En classe de 1e, ma professeure de biologie, alors directrice d’une prépa aux concours de santé, nous a présenté la psychomotricité. Ça a été une révélation, je tenais ma vocation ! Un métier où la routine n’a pas sa place, un métier où on apprend mais aussi où l’on s’apprend. Une profession qui évolue, en pleine expansion.
Après mon baccalauréat j’ai donc entamé une prépa aux concours de psychomotricité, passage quasi obligatoire pour toutes les écoles où l’entrée se fait sur concours. J’avais certaines craintes d’avoir un petit peu idéalisé le cursus, la psychomotricité est complexe à comprendre et à appréhender. Mais heureusement, je ne fais qu’aller de surprise en surprise depuis le début de cette aventure.

photo ISRP

Quelle définition donneriez-vous de la psychomotricité ?

Je vous proposerais une définition issue d’une réflexion commune de ma classe :
« La psychomotricité est une discipline visant à rétablir une harmonie entre le corps et l’esprit, par l’intermédiaire de différentes médiations, en prenant l’individu dans sa globalité ». Elle considère que les fonctions motrices et l’état psychique, affectif et relationnel sont en lien et ont des effets mutuels.

Le psychomotricien passe par une médiation pour remédier à la difficulté ou au trouble. Il agit sur le corps pour harmoniser les fonctions motrices, intellectuelles et affectives. Une médiation peut être un objet, un jeu, une technique corporelle de stimulation, d’expression ou de relaxation, une activité artistique ou sportive…
Quelle qu’elle soit, la médiation met en jeu le corps. Le choix de la médiation corporelle se fait en fonction de la personne, de ses affinités et de ses difficultés.

Le psychomotricien aide son patient à trouver ou retrouver un équilibre psycho-corporel, à mieux prendre conscience de son corps, à le maîtriser, à en faire un instrument capable de s’exprimer et de communiquer. Ce qu’il y a de passionnant à mes yeux, c’est qu’un psychomotricien peut exercer dans n’importe quelle structure et dans n’importe quelle équipe. Ce qui est primordial, c’est de savoir s’adapter.L’apport théorique de notre formation vise à ce que nous puissions travailler aussi bien avec les personnes âgées, qu’avec les enfants présentant des troubles du spectre autistique ou psychotiques, ou encore un public polyhandicapé.
Le psychomotricien peut aussi travailler sur tout ce qui est trouble de l’apprentissage de l’écriture chez les jeunes enfants.

lire la suite de l’article

3. Spécificité de la prise en charge des troubles du spectre autistique en psychomotricité

A l’occasion de la journée européenne de la psychomotricité, le 19 septembre, Hop’Toys met à l’honneur cette profession par le biais du collectif « Communic’Actif des Psychomotriciens ». Pour ce 5e rendez-vous, Sarah et Lucile nous parlent de la spécificité de la prise en charge des troubles du spectre autistique en psychomotricité.

Que sont les troubles du spectre autistique ?

Les troubles du spectre autistique sont des troubles neurodéveloppementaux qui débutent avant l’âge de 3 ans. Différents signes d’alerte peuvent être observés dans le quotidien. Les personnes atteintes de TSA peuvent également présenter des particularités sensorielles et un retard de développement psychomoteur.

signes-dalerte-tsa

Un bilan psychomoteur, pour quoi faire ?

A travers le bilan psychomoteur initial, le psychomotricien va observer et évaluer, avec des tests standardisés et des mises en situation, la personne dans sa globalité. Il va s’intéresser à tous les items du développement psychomoteur, afin de connaître ses difficultés et ses compétences et d’établir un projet thérapeutique personnalisé.

bilan-psychomoteur-tsa

Lire la suite de l’article

4. Eveil sensoriel : les recommandations d’une psychomot’

Pour la 2e année consécutive l’association Mosaïque d’enfance et la PEP 80organisaient il y a peu à Amiens un colloque dédié aux professionnels de la petite enfance. Au cours de cette riche et enthousiasmante journée d’échanges, nous avons eu le plaisir d’assister à la conférence de Christine Schuhl au sujet les « douces violences » et à celle de Sidonie Fillion qui présentait les bienfaits des espaces Snoezelen.

Psychomotricienne, Sidonie Fillion a exercé pendant 11 ans auprès de jeunes enfants, de personnes âgées et d’adultes porteurs de handicap avant de se consacrer aujourd’hui principalement à la formation autour de thématiques liées à la petite enfance. Pendant toutes ces années au cours desquelles elle est intervenue dans les crèches, Sidonie Fillion a beaucoup observé les stratégies mises en place par l’enfant pour se développer, a formé des professionnels sur l’aménagement de l’espace, le respect du développement psychomoteur, l’accompagnement d’un enfant porteur de handicap.

Nous avons donc eu envie de l’inviter à nous livrer son point de vue sur la question de la stimulation sensorielle :
Quel type d’ambiance, de jouets, proposer à un jeune enfant pour accompagner son éveil au monde, pour encourager et respecter son besoin d’exploration sans pour autant le sur-stimuler ?
Car offrir à son bébé des jouets d’éveil, ce n’est pas transformer sa chambre ou la crèche en fête foraine !
Explications et conseils par Sidonie Fillion.

Un monde qui va trop vite ….

De mon point de vue, nous vivons dans une société qui va trop vite, où les individus ne s’écoutent plus, ne prennent plus le temps. Ils courent en permanence mais ne savent pas après quoi…
La même frénésie est imposée aux enfants. Dès leur naissance, leurs parents veulent que, le plus vite possible, ils puissent s’asseoir, marcher, courir, lire, écrire, compter avec l’idée sous-jacente que cela les rendra plus intelligents et, par conséquent, plus heureux …
Et pourtant, respecter chacune des étapes nécessaires a son développement a une importance fondamentale : à chaque fois qu’il vit et qu’il répète une expérience, il apprend et prend confiance en lui. Un enfant tombe environ 2500 fois avant de marcher de manière harmonieuse. Toutes ses tentatives lui font gagner de l’expertise ! (…)

Le jeune enfant vit dans un monde qui ne fonctionne pas avec les mêmes codes que celui de l’adulte. Il ressent les événements d’une manière qui n’est pas la même que celle de ses parents. Son univers est fait de sensations très intenses, de réactions émotionnelles instinctives (non pensées et non préméditées), d’instants présents et de communications non verbales.
Pourtant toute la journée nous lui demandons de s’adapter et de s’ajuster à un monde d’adulte fait de langage, de pensées, de compréhension, d’analyse, de maîtrise de soi et de repères dans le temps et dans l’espace où l’émotion, les sensations et le vide n’ont pas beaucoup de place !
Ce n’est pas tout. Nous lui faisons souvent des demandes qui, pour lui, sont incompréhensibles. Exemple : « Attends cinq minutes … L’enfant n’a pas conscience du temps avant 4 ans. »

Le sensoriel … ce n’est pas uniquement les cinq sens !

Évoquer le sensoriel chez l’enfant, c’est, de façon quasi systématique, faire exclusivement référence aux cinq sens qui nous permettent de recevoir des informations extérieures. Mais, par exemple, il faut deux ans en moyenne  pour que l’acuité visuelle du nouveau-né parvienne à maturité, alors que l’environnement que nous lui proposons est excessivement visuel, le sens que, nous adultes, privilégions.
On peut proposer aux bébés des éléments visuels contrastés qui vont être attractif pour lui, comme le tapis d’éveil contrasté :

Lire la suite de l’article

5. Le métier de psychomotricien en une infographie

Savez-vous ce qu’est un psychomotricien? Que fait-il réellement? Pour mieux comprendre cette profession, Hop’Toys vous présente son infographie « psychomotriciens » pour en savoir plus sur ce métier. Et si vous exercez cette profession, une rubrique vous est consacrée sur le site Hop’Toys !

psychomotricien

Tags: , , , ,


A propos de l'auteur

Julien est chargé des réseaux sociaux chez Hop'Toys. Sur ce blog, il assure la rédaction de certains articles. Son terrain de jeu favori : les loisirs créatifs.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Revenir en haut ↑